Contes bretons

Armanel, conteur celte, entrelac celtique VOB

Retour à la PAGE d'ACCUEIL

Mobiles et Smartphones : passez à l'horizontale
pour profiter pleinement du site

Raton 3dr
Contacter Armanel  

La Bretagne, pays de poètes ?                                                                                      

Le Moyen Age a été bercé par la "Matière de Bretagne"qui a donné naissanceà de nombreux
récits fantastiques et merveilleux, ainsi qu'au cycle des romans de la table ronde.
Tous ces récits merveilleux font entrer l'auditeur dans des mondes inexplorés où le surnaturel
attend ce dernier au gré de l'imagination du conteur.

Le conteur Armanel vous propose des promenades enchantéesau coeur de mondes imaginaires
en vous transportant dans des histoires tirées du répertoire traditionnel et adaptées à son public

HLBM.


Sauf mention contraire, les textes publiés sur ce site peuvent être librement reproduits à des fins non commerciales.
Merci d'en citer la source: armanel.e-monsite.com

Résumés et liens des textes en bas de page.

Hok Bras
le gentil géant
Les aventures de Sans souci _5
Le Paradis
Le roi Dalmar
garde sa fille en prison
Youenn Kermenou
le fils d'un armteur devient roi
Les aventures de Sans souci _4
Lucifer
Les aventures de Sans souci _1
Les trois diables
Les aventures de Sans souci _2
Les deux voyageurs
Les aventures de Sans souci _3
L'Ankou
La princesse Blandine
Respectez les vieux
La fleur du Rocher
Un soldat tombe de la falaise
Jean sans peur 
et ses aventures incroyables
Le cheval du Diable?  
Il ne faut pas traîner à l'auberge
Point du Jour 
Un "cendrillon" masculin
Les trois Jean   
Un lutin difficile à combattre
La belle aux clefs d'or   
Tous les contes ne finissent pas bien
Pouquoi la mer est salée      
La mer n'a pas toujours été salée
La grotte des Korrigans
Un père de famille pénètre chez des korrigans
Le pousseur de la Dour Du          
La fiancée des morts périt par là ou elle a pêché.
L'oiseau Bleu (2)           
L'amour plus fort que la trahison
Alanic, le jeune vacher          
Un jeune garçon veut se venger de sa belle-mère..
Gurvan et Nezig            
Un couple part chercher fortune.
Tam-Kik et Jalm Thurio            
Un jeune mendiant épouse une héritère.
Le vaisseau merveilleux                                         
Un jeune marin devient roi de France

Dom Yann au Paradis                                     
Un moine doit ruser pour entrer au Paradis

L'oiseau Bleu
Une sorcière transforme une princesse

La fille de l'ardoisier                                               
Un ardoisier abandonne sa fille
An Diaoul Du                                                   
Deux jeunes écoliers voient le diable
La groac'h de l'île de Lok                         
Un jeune paysan va chercher fortune pour se marier
Les facéties de Bilz  1
Bilz apprenti voleur
Les facéties de Bilz  2
La bourse ou la vie
Les facéties de Bilz  3
La jument blanche
Les facéties de Bilz  4
Le pâté de lièvre
Les facéties de Bilz  5
Les draps du lit
Les facéties de Bilz  6
Le noyé du Lac
Les facéties de Bilz  7
 Les sirènes du lac
Le meunier et son seigneur
Un meunier ruiné trouve la richesse
Yann et Soizig
Un fermier trouve la richesse 
Le merle d'or                                     
Un fils recherche de l'oiseau qui guérira son père 
Le diable de Kerascoët                            
Un diable vient perturber l'ambiance au manoir

L'homme aux deux chiens
Un fils de roi doit se cacher pour survivre

Les deux grenouilles d'or                                       
Une biche allaite deux bébés humains
Le Corps sans âme                                           
Comment délivrer sa princesse emprisonnée ...
Le poirier d'or                                 
Quand votre fortune consiste en un poirier...
La princesse de tronkolaine              
Le fils d'un sabotier va à la recherche d'une princesse 
Les 3 barriques d'or                                          
A Coat Méal trois barriques d'or vous attendent,
Les deux fils du pêcheur  
Un jeune garçon est sauvé  par son frère jumeau.
La fiancée du loup gris                                  
Un roi de France doit marier sa fille à un loup gris.
............................................................................ ............................................................................ ...........................................................................

Retour à la PAGE d'ACCUEIL

Hok Bras
Résumé:
Quoique très grand, Hok Bras est un peu fainéant
 Autrefois, la rade de Brest n’était qu’un petit ruisseau où la mer montait à peine lors des grandes marées. A cette époque, il y avait entre Daoulas et Landerneau, un géant, énorme comme on n’en a jamais vu. – Il était grand comme la tour de la cathédrale du Kreisker, voire comme le Ménez-Hom. Certains disaient : Haut comme les nuages. 
_ « Mais alors où ce malheureux pouvait-il se loger ? » me demanderiez-vous
_ « Eh bien ; Hok-Bras avait la faculté de s’allonger à volonté ». 
Youenn Kermenou
Résumé:
Le fils d'un armateur devient roi.
Il y avait autrefois un marchand, nommé Jean Kerménou, qui avait gagné une grande fortune. Il avait plusieurs navires sur la mer, et il allait dans les pays lointains avec des marchandises de son pays, qui lui coûtaient peu de chose, et qu’il revendait très avantageusement. Il n’avait qu’un fils, nommé Iouenn, et il désirait le voir devenir marchand et homme de mer, comme lui. Aussi, un jour, lui parla-t-il de la sorte :
— « Voici que je me fais vieux, mon fils, et, après avoir beaucoup travaillé, toute ma vie, et m’être donné beaucoup de mal, je voudrais rester enfin tranquille, à la maison, pour attendre la mort, quand il plaira à Dieu de me l’envoyer. Mais, toi, qui es jeune et plein de force et de santé, je voudrais te voir travailler et voyager, comme je l’ai fait, car tout homme, dans ce monde, doit travailler pour vivre. Je vais donc te donner un navire, chargé de marchandises du pays, que tu iras vendre dans les pays lointains ; tu reviendras avec une autre cargaison de marchandises étrangères, et tu apprendras ainsi le commerce et augmenteras ta fortune ».
Le roi Dalmar
Résumé:
Le roi Dalmar garde sa fille en prison

Il y avait, autrefois, un roi de France, qui avait un fils unique. Quand celui-ci est devenu un beau jeune homme il dit à son père qu’il voulait se marier.
— « Avec qui donc veux-tu te marier, mon fils ? » répondit le roi.
— « Avec la fille du roi Dalmar. » Déclara le prince.
— « Hélas! Mon enfant, c’est impossible, tu ne pourras pas l’épouser. Elle est enfermée dans une tour, depuis ses douze ans et personne ne peut la voir à part la femme qui lui porte à manger, tous les jours ».
— «  Peu m’importe, j’irai la demander à son père, et si je ne l’ai pas pour femme, je n’en aurai aucune autre au monde. Je ne sais pas quelle direction prendre, pour me rendre à la cour du roi Dalmar, mais à force de marcher, je finirai bien par y arriver, tôt ou tard ».
— « Si ta résolution est prise, je n’y ferai pas d’opposition ; mais il faudra que tu sois de retour à la maison, au bout d’un an et un jour, marié ou pas ». Répondit le roi.
— « Je vous promets d’être de retour au bout d’un an et un jour, père ». Répondit son fils.

La princesse Blandine
Résumé:
Se moquer des vieilles personnes peut vous causer des soucis
Il était une fois, un seigneur très riche qui avait trois fils. L’aîné s’appelait Cado, le benjamin, Méliau, et le cadet, Yvon.
Un jour qu’ils partirent à la chasse, les trois fils rencontrèrent une petite vieille, qu’ils ne connaissaient pas et qui portait sur sa tête une cruche pleine d’eau, puisée à la fontaine.
— « Seriez-vous capables, » demanda Cado à ses frères, « de briser, d’un coup de flèche, la cruche de cette petite vieille, sans toucher celle-ci ? »
— « Nous ne voulons pas essayer, » répondirent Méliau et Yvon, « de peur de faire du mal à la vieille femme ».
— « Eh bien, moi, je le ferai ; vous allez voir ». 
Cado banda son arc et visa. La flèche partit et brisa la cruche. L’eau mouilla la petite vieille, qui se fâcha et dit au tireur :
— « Tu es méchant, Cado, et je vais te punir de ta méchanceté ! A partir d’aujourd’hui, tu trembleras de tous tes membres, comme les feuilles d’un tremble, agitées par le vent du nord, et cela, jusqu’à ce que tu trouves la princesse Blandine ».
Et, aussitôt, Cado fut pris d’un tremblementgénéralisé.
Les aventures de Sans souci 
Résumé:
Sans souci n'a peur de rien

1 _ Sans souci et les trois diables

2 _ Sans souci et les deux voyageurs

3 _ Sans souci et l' Ankou

4 _ Sans souci et Lucifer

5 _ Sans souci au Paradis

 
La fleur du rocher    
Résumé:
Un soldat tombe de la falaise
Il y avait une fois un soldat qui s’appelait Jean Cate ; il était en garnison au fort de la Corbière, et, quand il n’était pas de service, il descendait le long de la falaise et allait pêcher sur les rochers qui sont au pied du fort.
Un jour qu’il pêchait sans prendre grand’chose, il eut envie de visiter la Houle (grotte) de la Corbière, dont il entendait souvent parler.
— On prétend, se disait-il, que des fées l’habitent ; je serais curieux de voir leur demeure.
Il alla du côté de la Houle ; mais, comme il descendait les rochers qui forment les côtés de la tranchée au fond de laquelle est la grotte, le pied lui manqua, et il tomba d’une grande hauteur sur de gros cailloux. Dans sa chute, il s’était meurtri tout un côté, et il resta dans le fond de la tranchée, ne pouvant plus remuer et sans connaissance. Quand il rouvrit les yeux, il vit auprès de lui une jeune femme qui lui dit :
— Eh bien ! Mon pauvre Jean Cate, ta curiosité t’a coûté cher.
 
 
Jean sans peur    
Résumé:
Un jeune garçon sans peur part à l'aventure

Il était une fois un garçon qui vivait avec sa mère dans une petite maison bâtie sur le bord de la forêt. Dès son enfance, il se montra hardi, et quand il arriva à l’âge d’homme, on lui donna le surnom de Jean sans Peur, parce qu’il avait l’habitude de dire que rien n’était capable de l’effrayer : il ne redoutait aucun vivant, car il se sentait assez fort pour tenir tête aux plus robustes, et il n’était guère porté à s’émouvoir des lutins, des revenants et des choses surprenantes qu’on peut voir la nuit.
Plusieurs fois ses voisins avaient essayé de le mettre à l’épreuve, mais lui, sans se laisser troubler, marchait droit vers le mauvais plaisant qui se hâtait de s’enfuir.

 
Le cheval du diable     
Résumé:
Une auberge est un  lieu de perdition

Cette histoire s’est passée dans le temps, vous savez bien, quand il n’y avait que les oiseaux qui volaient dans le ciel et que la nuit était noire dans les bourgs et dans les campagnes. Il y avait, dans un hameau, du côté de Daoulas trois bons camarades qui se retrouvaient souvent le soir, après leur dure journée de labeur, histoire de se détendre (comme on dit). Lorsque le temps le permettait, ils aimaient aller se promener sur les landes, mais s’il pleuvait ou s’il faisait trop froid, ils passaient la soirée chez l’un d’entre eux pour boire une bolée et parler de choses et d’autres. Et, ces trois-là, étaient réputés dans tout le pays à cause de leur sérieux et de leur vie rangée. D’ailleurs, beaucoup de filles espéraient qu’ils leur glisseraient une Broche de Pardon, persuadées qu’ils feraient de très bons maris

 
Point du Jour     
Résumé:
Un cendrillon masculin au grand coeur.
Il était une fois un veuf qui avait trois enfants : deux filles et un petit garçon ; il aimait bien ses deux filles. Il leur achetait des beaux habits et tout ce qu’il leur plaisait ; mais souvent il frappait son petit garçon qui se nommait Point-du-Jour et parfois il l’envoyait se coucher sans lui donner à  souper ; ses sœurs, aussi, étaient méchantes avec lui. Il avait beau faire tout le travail à la maison, il ne recevait que des coups de pied pour récompense.
Un matin Point-du-Jour se dit :
— « Je suis trop malheureux ici, je veux partir chercher des aventures. »

 
 
La belle aux clefs d'or     

Résumé:
Les contes ne finissent pas toujours bien

Il était une fois un roi qui avait trois fils ; quand ils furent devenus grands, le roi leur demanda de choisir chacun un métier, celui qui leur plairait le plus.

L’aîné des trois fils dit :
— Je veux être chasseur ; ainsi tous les jours je partirai avec mes chiens dès le matin et je ne rentrerai que quand le soir tombe.
— Je serai soldat, répondit le second.
_ Et moi, je serai marin, ajouta le troisième.

 
Les trois Jean
Résumé:
Trois géants sont terrassés par un lutin

Voici une histoire qui s’est passée il y a longtemps à Brignac, petite commune, où l’on vivait tellement vieux qu’il fallait prendre le bâton de pèlerin de Saint Bartélémy dans l’église pour assommer les habitants qui arrivaient à l’âge de cent ans et qui ne parvenaient pas à mourir. Il y avait à cette époque, dans la commune de Brignac, un jeune homme si fort et vigoureux que toutes les jeunes filles du pays n’avaient d’yeux que pour lui. Il était apprenti forgeron et se promenait toujours avec une barre de fer de plus de cent kilos qu’il faisait tournoyer autour de sa tête comme un Penn Sonneur menat son bagad. On l’appelait « Jean Barre de Fer ». 
Un jour,  Jean Barre de Fer   décida de parcourir le monde pour faire fortune. Mais son bâton de cent kilos ne lui suffisait pas. Il demanda à son maître forgeron de lui en fabriquer un qui soit digne de son surnom. Pendant plus d’une semaine, le forgeron fondit l’acier pour confectionner un bâton digne de  Jean Barre de Fer. Deux fois, Jean Barre de Fer refusa la barre proposée car il la trouvait trop légère. C’est avec joie que le maître forgeron vit son apprenti satisfait, la troisième fois, car il ne lui restait presque plus d’acier à fondre.

 
Pourquoi la mer est salée       

Résumé:
La mer n'a pas toujours été salée

C'était il y a si longtemps que le grand-père de ton grand-père n'était pas encore né. Le sable du Cabellou était encore un rocher solide  et les paysans de Lanriec venaient en charrette aux Glénan pour y faire la moisson. En ce temps-là, le rivage de la mer se trouvait tout là-bas à la ligne d'horizon et, chose encore plus curieuse, l'eau de la mer… n'était pas salée

 
La grotte des Korrigans

Résumé:
Un père de famille entre chez les korrigans

Il était une fois un petit cordonnier du nom de Saïg Le Quéré qui faisait très bien les souliers et dont la femme, Annaïg, était sans rivale pour vendre sa marchandise sur les marchés. Malgré cela, leurs affaires n'allaient pas fort parce que le temps, cette année-là, était complètement pourri, il ne cessait de pleuvoir, les chemins étaient détrempés, les cours n'étaient plus que des cloaques de boue et les gens n'achetaient plus de chaussures de cuir ni n'en donnaient à ressemeler : ils allaient tous en sabots de bois (ceci se passait bien avant qu'on eût pris l'habitude, à la campagne, de porter des bottes de caoutchouc). 
 
Le pousseur de la Dourdu

Résumé:
Il ne faut pas jouer de son pouvoir pour semer la mort autour de soi...

La Dourdu (l’eau noire) est un de ces endroits d’aspect sinistre, toujours enveloppé d’une crainte mystérieuse que la tradition populaire motive à peine. C’est une baie de peu d’étendue, située au bas de la rivière de Morlaix. Ancien refuge des corsaires bretons, elle est entourée de noirs récifs et d’énormes rochers rangés sur la grève comme les pierres éboulées d’un mur gigantesque. Des brouillards presque continuels y répandent souvent une demi-obscurité.
 
L'oiseau bleu    (2)

Résumé:
L'amour est plus fort que la trahison

Il était une fois une fermière qui était veuve et qui avait trois enfants, deux garçons et une fille.

Tous les mercredis la fermière allait au marché pour vendre son beurre en prenant un chemin qui traversait la forêt. Un jour elle vit un joli petit oiseau tout bleu, qui voletait de branche en branche et qui se laissa approcher aussi facilement que s’il avait été apprivoisé. Ensuite, toutes les fois qu’elle passait, l’oiseau venait voleter autour d’elle et elle finit par en parler à ses trois enfants.
— « J’ai encore vu le petit oiseau bleu aujourd’hui: il est si mignon que le bouvreuil et la mésange semblent laids à côté de lui ».
— « Tu devrais l’attraper et l’apporter chez nous », lui dirent ses enfants : « nous serions contents de l’avoir, et nous prendrons soin de lui ».
— « Si je le vois encore, je tâcherai de l’attraper, puisque vous en avez si grande envie ». Leur promit-elle.

 
Alanic, le garçon vacher      

Résumé:

Un jeune garçon cherche à se venger de sa belle-mère.

Alanic avait perdu sa mère tout petit et son père s’était vite remarié. Sa nouvelle femme s'appelait de son vrai nom Catou Kerriadec; mais dans le pays on ne connaissait guère que son surnom: "La vipère de Kérantour '' 
Tout le monde la détestait, sauf son mari qu'elle menait par le bout du nez, et Monsieur le Recteur qui lui aurait donné le bon Dieu sans confession.  Ce monstre fit d'Alanic son souffre-douleur. 
Le pauvre petit ! Il mangeait plus souvent des taloches que du fard de  « blé blanc », plus  souvent de coups de pieds que de galettes de « blé noir »! Ses petits bras étaient tatoués de bleus. Et il fallait voir comment il était habillé! Il faisait pitié, le pauvret, avec son pantalon, un pantalon trop petit qui s’arrêtait à ses genoux et était mille fois rapiécé. Pensez donc ! C'était son premier pantalon et Alanic la portait depuis quatre ans déjà! Ce qui lui servait de paletot était à l'avenant… Et les coudes maigres, maigres du pauvre Alanic avaient percé les manches trop étroites. Alanic portait aussi une chemise. Catou la lui changeait tous les mois. Mais Alanic voyait avec terreur approcher ce qu’il appelait  « le jour de la chemise ». 
Ce jour-là, il lui fallait subir l'humeur acariâtre et les perfides bourrades de sa belle-mère qui maugréait
 
Gurvan et Nezig    

Résumé:

Uncouple part chercher fortune.

- Mon homme, dit un matin, Nezig à Gurvan, notre cabane est bien sombre et bien enfumée; si nous faisions le tour du monde pour chercher fortune. 
- Faisons le tour du monde pour chercher fortune, répondit Gurvan qui avait la pacifique habitude de ne jamais contredire  « son côté droit » comme il appelait sa femme. Entre parenthèse, Gurvan connaissait l'ancien testament comme un frère et savait que Dieu tira la première femme du côté droit du premier homme. Ils partirent donc, un penn-baz  à la main, un bissac sur le dos. Voilà un kilomètre de fait: 
- Idiot! s'écrie tout-à-coup Nezig, les deux poings sur les hanches et d'un air superbe de mépris: idiot! Tu as encore oublié de tirer la porte après toi ! Retourne ù la maison et dépêche! Gurvan retourne à la maison et se dépêche. 
- Quelle drôle d'idée a eue ma femme tout de même! dit-il à part lui; mais il se hâte d'ajouter avec mansuétude: - Après tout, c'est ma femme et j'obéis toujours à ma femme: C'est un principe
 
Tam-Kik et Jalm Thurio    

Résumé:

Un jeune mendiant épouse une riche héritière.

_ Un jour, il y a bien longtemps, Tam-Kik décida de quitter Job, son père, qui avait plus de soixante-dix ans, et qui ne pouvait plus le nourrir à ne rien faire. Tam-Kik voulait partir afin de visiter le beau pays de Bretagne, chercher des aventures et ramasser quelques sous pour aider son vieux père ; Tam-Kik ne s’appelait pas Tam-Kik, ce n’était pas son vrai nom, il avait été surnommé Tam-Kik par les petits garçons des villages voisins, parce qu’il allait par ci par là mendier aux portes des maisons un petit morceau à manger, en disant :
_ "Donnez-moi un morceau de viande ou de pain
     Dieu vous le rendra cent pour
un."

 
Le vaisseau merveilleux     

Résumé:

Un jeune pêcheur devient roi de France

IL Y AVAIT UNE FOIS un pêcheur de Saint-Cast qui se nommait Jacques ; il était pauvre comme Job, et ne possédait pour tout bien que ses filets et un petit bateau dans lequel il allait à la pêche avec son fils. 
Un jour ils sortirent comme d'habitude pour pêcher ;il faisait beau et il n'y avait pas la moindre apparence de gros temps : aussi ils allèrent bien loin au large, et ils arrivèrent dans un endroit où le poisson était si abondant, que la mer en était, comme on dit, salée ;ils en prirent autant qu'ils purent en charger leur bateau, puis ils remirent à la voile pour revenir à leur havre. Mais tout à coup, le vent fraîchit et la mer devint houleuse ; ils prirent deux ris dans leur voile, puis trois, enfin comme le mât craquait, et qu'il n'y avait plus moyen de porter de toile, ils amenèrent leur voile, et jetèrent leur grappin ; mais il ne mordit pas le fond, et le petit bateau s'en alla à la dérive comme une bouée. 
-Qu'allons-nous devenir ? disait le vieux pêcheur. S'il ne calmit pas, bientôt nous serons dans une mauvaise 
passe
 
Dom Yann au Paradis      

Résumé:
Un petit moine doit ruser pour entrer au Paradis

Asm 2018

Fdb2019

Un jour, Jésus-Christ décida d'aller faire un tour sur terre, accompagné de Saint Jean, son apôtre favori. En passant par la porte du Paradis, il demanda à Saint Pierre de se joindre à lui. Après avoir beaucoup marché, les voilà qui arrivent, dans le Léon, devant une très belle abbaye. L'église en était de très haute taille et on voyait sa silhouette, toute en fine dentelle de pierre, de très loin. Et ses vitraux jetaient mille éclats brillants par les jeux de reflets du soleil. 
- "C'est le couvent Sant Vaze  de Penn ar Bed, consacré à saint Matthieu", dit Jésus. "Un couvent où règne une très profonde dévotion. Allons-y rendre visite à ces bons moines." 
Dès qu'ils y entèrent ils se firent reconnaître et tous les moines de l’Abbaye accoururent  pour les accueillir. Tous nos moines tombèrent donc tous à genoux et saluèrent bien bas le Seigneur. Puis les moines offrirent une belle messe et une bonne collation à leurs invités.   Bien sûr, quand le trio céleste décida de repartir, chacun de nos moines avait une grâce à demander. Tous, ou presque,  car un moine ne demandait rien. C'était Dom Yann, le moine herboriste de l’Abbaye.  Dom Yann, son grand sac destiné à la cueillette des simples (plantes médicinales) à la main, regardait Jésus, regardait Saint Jean, regardait Saint Pierre et regardait ses confrères, mais ses lèvres ne remuaient pas. Il semblait muet
 
L'oiseau bleu                  

Résumé:
une princesse est transformée en oiseau par une sorcière

IL y avait une fois un roi qui était veuf et qui n’avait qu’un enfant ; une fille, qui était la plus belle princesse qu’il fût possible de voir sous le soleil.
Dans un royaume voisin du sien, il y avait une reine, veuve aussi, qu’on l’appelait la princesse de Saint-Turuban, et qui n’avait également qu’un enfant, une fille, mais laide et disgracieuse au possible. 
Un jour, le favori du roi dit à son maître qu’il devrait se remarier.
—  « Non, » répondit le roi , « je me suis marié une fois, et cela me suffit. »
—  « Je connais pourtant une femme qui vous conviendrait parfaitement », reprit le favori.
—  « Vraiment ? Qui donc ? » Demanda le roi, intrigué.
— « La princesse de Saint-Turuban. » répondit le favori.
— « Je n’en ai jamais entendu parler. Où demeure-t-elle, cette princesse-là ? » Questionna le roi.
— « Dans le royaume qui touche au vôtre, du côté du levant
 
La fille de l'ardoisier      

Résumé:

un ardoisier pauvre cherche un parrain
pour sa fille

En ces temps-là, la vie à Motreff était dure. Les terres agricoles ne sont pas des plus fertiles et bien des hommes se décidaient à devenir ardoisiers. Ce métier, s’il apportait un peu d’argent dans les ménages, était épuisant. 
Denez faisait partie de ces ardoisiers. Il trimait dur à remonter les ardoises taillées au fond de la carrière et ne ramenait qu’une maigre pitance à la maison. Pourtant des sous, il lui en fallait ; Laïg, sa femme,  lui avait donné douze enfants et était en train de lui mettre au monde le treizième. Mais l’accouchement se passa mal et si l’enfant, une belle fillette, était pleine de vie, la mère ne survécut pas. 
Denez dut donc faire face à deux célébrations : l’enterrement de Laïg et le baptême de Jacquette la dernière née de la nichée.  Mais pour baptiser l’enfant, il fallait trouver un parrain et une marraine et, avec tous ses enfants, Denez avait déjà fait le tour de sa famille et de ses amis proches. Pour trouver la marraine, ce ne fut pas très difficile. Mais pour le parrain ! Il eut beau frapper à toutes les portes, on lui disait gentiment de voir ailleurs. Un matin, en désespoir de cause et quelque peu terrorisé de la hardiesse de sa démarche, il alla frapper à la porte du manoir de Brunolo. La servante lui ouvrit :
_ «  Tiens, bonjour Denez, qu’est ce qui t’amènes ici de si bonne heure ? » 
 
An diaoul Du       

Résumé:

Deux jeunes écoliers voient le Diable

L’école est finie, on rentre de l’école à la maison. Mon frère et moi, arrivés dans la cuisine, nous déposons nos sacs d’école sur la table. Notre mère nous donne à chacun un bol de café au lait, et quand nous avons fini elle nous dit : « maintenant vous allez faire  vos devoirs et apprendre vos leçons. ».  D’un seul cœur nous répondons : « Oui, Mamm. ». « Soyez sages ! » « Oui, Mamm ». « Les enfants qui n’obéissent pas peuvent être emmenés avec le diable, il est noir et possède une fourche à deux doigts ». On ouvre nos sacs et on sort les cahiers. On regarde le temps qu’il fait dehors et je dis à mon frère : « On reste ici alors qu’il fait si beau dehors. Si on étudie maintenant, il fera nuit quand on aura fini et ensuite on aura rien à faire ! Et si on allait faire un tour dehors, les devoirs on les fera plus tard !». 
 
Les facéties de Bilz     

Résumé:

Un jeune orphelin se joue de son seigneur

1 _  Bilz apprenti voleur

2 _  La bourse ou la vie

3 _  La jument blanche

4 _  Le pâté de lièvre

5 Les draps du lit

6 _ Le noyé du lac

7 _ Les sirènes du lac

 
La Groac'h de l'île de Lok         

Résumé:

Un jeune paysan va chercher fortune pour povoir se marier
Armanel Fête de la Bretagne 2018

Tous ceux qui connaissent Lannillis savent que c’est une des plus belles paroisses du Léon. Là, il y a toujours eu, outre les fourrages et les blés, des vergers qui donnent des pommes plus douces que le miel de Sizun, et des pruniers dont toutes les fleurs deviennent des fruits. Pour ce qui est des jeunes filles à marier, elles sont toutes sages et ménagères, du moins, à ce que disent leurs parents !…
Dans les temps anciens, alors que les miracles étaient plus courant dans la Basse-Bretagne que le sont aujourd’hui les baptêmes et les enterrements, il y avait à Lannillis un jeune homme qui s’appelait Houarn Pogamm et une jeune fille nommée Bellah Postik. Tous deux étaient cousins à la mode du pays, et leurs mères, quand ils étaient tout petits, les avaient élevés dans le même berceau, comme on le fait des enfants que l’on destine à être un jour maris et femmes, avec la permission de Dieu. Aussi avaient-ils grandi en s’aimant de tout leur cœur. Mais leurs parents étaient morts l’un après l’autre, et les deux orphelins, qui n’avaient pas d’héritage, furent obligés de se mettre en service chez le même maître.
Ils auraient pu se trouver heureux ; mais les amoureux ressemblent à la mer qui se plaint
toujours.
 
Le meunier et son seigneur          

Résumé:

Un meunier ruiné trouve la richesse au dépends de son seigneur.

Logo spf png

Il y avait quatre ans qu’il n’avait pas payé sa Saint-Michel à son seigneur. Il était pauvre assez ! 
Un jour le seigneur retournant de la chasse et de mauvaise humeur, parce qu’il n’avait rien pris, tira sur la vache du meunier, qu’il trouva dans son chemin, et la tua. La femme du meunier vit le coup, et elle accourut à la maison en criant avec douleur : 
« Hélas ! Hélas ! Nous sommes assez ruinés pour le coup ! Voilà notre vache tuée par le seigneur ! »
— Le meunier ne dit rien ; mais il était en colère néanmoins. Durant la nuit, il écorcha sa vache, et il alla ensuite vendre la peau à Guingamp.  Comme il avait loin à aller et qu’il voulait être de bon matin en ville, il partit de la maison vers minuit. Arrivé à passer par un bois où, selon le bruit commun, il y avait de grands voleurs, il lui vint la peur, et il grimpa sur un arbre, pour attendre le jour.
Bientôt une bande de voleurs arriva sous cet arbre, pour partager leur argent. Et voilà de la chicanerie et du bruit ; ils ne pouvaient pas s’entendre. 
«  Jésus, si je pouvais avoir cet argent-là ! se disait le meunier en lui-même ».
 Et lui de songer à jeter la peau de sa vache au milieu d’eux, pour les effrayer.
Les voleurs en voyant les cornes et cette peau noire, — car la vache était noire, — crurent que c’était le Diable qui venait les chercher. Et de déguerpir, de-ci de-là, en abandonnant là tout leur argent. !
«  Mon coup a réussi, ma foi ! » se dit le
meunier.
 
Yann et Soizig         

Résumé:

Un fermier chassé trouve la richesse au dépends de son châtelain.

armanel, conteur breton, conteur celte,Saint Pabu 2017

Il y avait alors dans ce pays un pauvre diable du nom de Yann, qui était marié ct avait quatre enfants. Il louait une petite ferme appartenant à un châtelain des environs. Un jour, cc châtelain eut besoin d'argent ct il vendit la ferme à quelqu'un qui s'y installa. Cela ne faisait pas l'affaire de Yann. Où irait-il vivre avec sa famille ct leur vache?

Non loin du manoir, se trouvait une bicoque en mauvais état ct qui n'appartenait pas au châtelain. Celui-ci l'aurait louée pour très cher. 
Le propriétaire en était un vieillard généreux, parti vivre ailleurs chez ses enfants. Il prit pitié de Yann ct de sa famille, et voilà réglée la question du logement. Après quoi, venait celle de la nourriture pour la vache. La maison était entourée d'un minuscule terrain, de quoi planter une planche de pommes de terre, quelques navets ct une poignée de carottes. Bien sûr on pouvait mener la vache le long des chemins, là où l'herbe des bordures était à tous. Devant la maison, séparées de celle-ci par un chemin, se trouvaient de vastes terres appartenant au châtelain ct qu'il n'utilisait d'aucune façon. Quelle pitié quand on pense que de nos jours, il y a toujours ainsi des terres qui ne servent à rien, alors que des gens en bonne santé ne demandent pas mieux que les travailler, ct n'ont rient à faire! 
Les enfants, vous qui m'écouter, quand vous serez grands il faudra voir à changer
cela. 

 
Le diable de Kerascoët         

Résumé:

Un diable vient perturber l'ambiance au manoir.
armanel, conteur breton à la fête de la bretagne 2017

Un jour, le bruit courut dans tout le village que le manoir de Kerascoët était hanté. Un diable, un lutin, un teuz, ou un fantôme, on ne savait pas, mais il y avait quelqu’un ou quelque chose qui s’introduisait dans le manoir toutes les nuits et qui bouleversait les habitants du manoir.
Le marquis De La Calande qui habitait le manoir n’était pas très riche. Il vivait dans le manoir avec sa femme et ses ouvriers. Parmi ces ouvriers, il y avait  un couple de valets. Le mari travaillait les jardins du Marquis et sa femme s’occupait de la cuisine et de l’entretien du manoir. Comme je vous l’ai dit, le Marquis De La Calande n’était pas très riche et le manoir n’avait pas beaucoup de bâtiments, donc le couple travaillait, vivait et dormait dans la cuisine, dans un Lit-clos posé près de la cheminée. Au dessus de la cuisine, il y avait un grenier dans lequel le Marquis faisait sécher son grain.
  
Depuis un moment, toutes les nuits, à minuit, on entendait marcher dans la pièce au dessus de la cuisine qui servait de
grenier... 

 
Le merle d'or                         

Résumé:

Un fils de prince part à la recherche de l'oiseau qui guérira son père...

armanel, conteur breton à la fête de la bretagne 2017

Il est un art en Bretagne, mais pas que, qui a ses lettres de noblesse. C'est celui de la parole et de ses farandoles qui s'écrivent au fil du vent, des imaginaires, de celles qui se transmettent, se transforment et voyagent au fil du temps. De la bouche à l'oreille, comme un secret déposé.
Alors quand elle s'envole, c'est Armanel le conteur qui la cueille et la restitue. Le Merle d'or, c'est la quête lancée par un père mourant à ses trois fils.Le seul remède qui peut le sauver.
Cette quête, qui révélera au public la personnalité des trois frères, les entraînera dans une suite d'aventures merveilleuses. Le suspense les tiendra en haleine jusqu'au dénouement de l’intrigue.
Spécialisé dans la transmission du patrimoine immatériel breton et celte, Armanel a spécialement choisi ce conte qui émerveillera tous les spectateurs.


Pour les plus jeunes de 5 ans à 11 ans et les plus grands                                                                                                                                    Condition : entrée libre

 
L'homme aux deux chiens           

Résumé:

Un fils de roi doit se cacher pour survivre...

Il y avait une fois un roi de France qui n’avait qu’un seul enfant, une fille. Il était très peiné de n’avoir pas un fils pour lui succéder, et il se disait avec douleur :
— Ma race s’éteindra donc avec moi !

Et cette pensée le tourmentait beaucoup. Quoique déjà âgés, la reine et lui priaient Dieu tous les jours de leur accorder un fils. Leurs prières furent enfin exaucées, et il leur naquit un fils, un fort bel enfant.

Le vieux roi mourut bientôt après, après avoir marié sa fille à un roi puissant ; et la reine aussi ne tarda pas à le suivre. Le jeune prince, nommé Jean, devait monter sur le trône à l’âge de vingt et un ans ; mais, en attendant sa majorité, sa sœur et son mari étaient investis de l’autorité souveraine. La naissance du prince avait contrarié les projets ambitieux de sa sœur ; aussi lui témoignait-elle peu d’affection. Elle le relégua chez un fermier, à quelque distance de son palais, et elle allait assez rarement le voir. Cependant le jeune prince grandissait ; le fermier l’aimait comme son fils, et il se trouvait chez lui aussi bien qu’à la cour, et peut-être mieux. Un jour sa sœur vint le voir, et remarquant comme il avait bonne mine et promettait d’être fort et vigoureux, elle s’en effraya, et dit au fermier que s’il voulait le faire mourir, elle lui ferait don de la ferme, une ferme magnifique. Le fermier promit ; mais il n’eut jamais le courage de mettre sa promesse à exécution. Il jura pourtant qu’il l’avait fait.

 
Les deux grenouilles d'or             

Résumé:

Un magicien dérobe deux enfants à leur mère nourricière: Une biche ...

Il y avait, une fois, un magicien et une magicienne. Ils n’avaient pas d’enfants, et ils désiraient en avoir. Un jour que le magicien était à la chasse, il rencontra, au fond d’un bois, une biche, qui était tétée par deux petits enfants. Il n’osa pas faire feu sur elle, de crainte de tuer les enfants. Mais, la biche s’enfuit, quand elle l’aperçut, et il emporta les deux innocentes créatures à son château.
— Voyez, femme, dit-il en arrivant, ce que j’ai trouvé dans le bois.

— Oh ! Les charmants petits enfants ! s’écria la magicienne, en les voyant. Garçon et fille. La fille sera à moi, et le garçon à vous.

Et les voilà heureux. Chacun d’eux élève et instruit son enfant, à sa guise. La fille était plus intelligente que le garçon et apprenait facilement tout ce qu’on lui montrait. On leur enseignait des choses épouvantables.

La magicienne n’aimait pas le garçon, qui se nommait Arzur, et ne lui voulait aucun bien. La fille avait nom Azénor.

Azénor aimait son frère, et elle lui dit un jour :

 
Le Corps sans âme                   

Résumé:

Lors d'une chasse, un jeune prince découvre un château appartenant à un magicien qui tient une princesse sous son charme.

...

Avertissement:
Si le corps sans âme est un conte à part entière, il a souvent été utilisé par les conteurs pour rallonger un premier conte afin d'y ajouter une part supplémentaire de merveilleux.
Il existe donc une grande quantité de variantes de ce conte se mariant à l'histoire du premier conte (conte support).

En voici une illustration:

Il y avait une fois un roi de France qui avait un fils, lequel n'aimait rien autant que la chasse. Un jour qu'il chassait, selon son habitude, il aperçut un corbeau posé à terre qui boitillait, et bien qu'il s'approchat très près de l'oiseau, ce dernier ne s'envola pas.
Voici, se dit il, un corbeau bien mal en point et qui ne peut pas s'envoler.
Alors qu'il se penchait pour le prendre à la main, le corbeau s'enfuit en boitillant sous un menhir. Cherchant à le suivre, notre prince descendit dans un trou si profond et si sombre qu'il lui sembla qu'il allait tomber au centre de la terre. Sa chute dura bien une heure et quand ses pieds touchèrent à nouveau le sol, il était au milieu d'une allée de vieux chènes qui menait à un beau château. Il se dirigea vers le château et voyant la porte ouverte il entra dans la cour du château. Au milieu de la cour, il aperçut un seigneur, et marchant droit sur lui, notre prince lui demanda s'il n'avait pas besoin d'un domestique.
"Mais bien sûr que si!" répondit le seigneur,"Mon valet d'écurie vient de me quitter, et il faut absolument que je le remplace".
"Eh ben, si vous voulez bien me prendre à votre service, je peux vous asurer que je prendrai bien soin de vos chevaux."

"Je le veux bien, mais à une condition: vous ferez exactement ce que je vous ordonnerai"...

     
Le poirier d'or                            
Résumé:

Le roi du plus petit royaume de Bretagne ne possède pour toute richesse qu'un poirier qui lui donne des fruits en or, mais ces derniers sont volés avant d'arriver à maturité.

 

Il y avait un fois, entre Logonna et Daoulas, un roi, un très petit roi car il n'avait pour tout royaume qu'une petite ferme, et encore quand je dis une petite ferme il faut vous imaginer une terre pleine de cailloux sur laquelle rien ne poussait; Une lande déserte que l'on aurait pu appeler sans se tromper Douar lapinet (terre à lapins).
Terre à lapins, oui, mais au fond de sa petite ferme, il y avait un tout petit verger et dans ce verger il y avait un poirier. Un beau poirier qui donnait tous les ans trois belles poires qui faisaient toute la fortune de ce petit roi ... quand il pouvait les cueillir., ce qui malheureusement n'arrivait pas très souvent.
Vous me direz: trois poires ce n'est pas une fortune. Mais attendez un peu, je vais tout vous expliquer...

En fait notre petit roi n'avait pas que sa ferme qui lui posait problèmes, il avait aussi toute une palanquée d'enfants à nourrir: Deux garçons (les aînés) et toute une nichée de filles. Et vous imaginez bien qu'il fallait nourrir tout ce beau monde tous les jours que Dieu fait et peut être trouver un jour une dot digne pour chacune des six filles. Et  tout ça avec deux ou trois poires par an. Je peux vous dire que notre petit roi se faisait des cheveux blancs et avait bien souvent du mal à s'endormir. Il arrivait bien de temps en temps à récolter  une poire, et avec cette poire, il pouvait faire vivre sa famille pendant deux ou trois ans en faisant très attention à ne rien dépenser pour le superflu.
Je sais que cela peut vous sembler bizarre; faire vivre toute une maisonnée  avec une seule poire, vous avez du mal à y croire! Mais attendez que je vous explique.

     
La princesse de tronkolaine      

Résumé:

Le 20° fils fils d'un vieux sabotier devient le filleul du roi de France.

Armanel conteur breton musee du ponant

 

Il y avait une fois un vieux sabotier qui avait fait faire 19 baptêmes. il ne trouvait plus de parrain pour le 20° enfant qui venait de lui naître. Il  trouvait bien  une marraine, mais pas de parrain. Comme il allait à la recherche d'un parrain, il se trouva sur la route d'un très beau carosse, dans lequel voyageait un roi. Prenant son chapeau à la main, il s'agenouilla sur la route devant le carosse. Le voyant, le roi descendit de son carosse et lui donna une pièce pour l'aumône.
"Sauf votre respect, Sire" lui dit le sabotier, "ce n'est pas d'aumône dont j'ai besoin , mais d'un parrain pour mon dernier enfant qui vient de naître, et je n'en trouve pas."
Pourquoi donc ne trouvez vous pas de parrain pour votre enfant? Demanda le roi au sabotier.
Sire, c'est que j'ai déjà 19 enfants et tous mes parents et tous mes voisins ont déjà été parrain chez moi. J'ai bien trouvé une marraine, mais pas de parrain.
Eh bien, repondit le roi, qu'à celà ne tienne, retournez chez vous auprès de la mère et venez ensemble à l'église avec le bébé et la marraine, je serai donc le parrain de cet enfant

     
 Les 3 barriques d'or               

 Résumé:

A Coat Méal,  existent trois grands trous où sont enfouies trois barriques remplies d'or. 

  Le dimanche des Rameaux, pendant la grand'messe, après avoir déblayé l’étroit escalier en colimaçon des branches et brindilles apportées par les corneilles, trouvez-vous dans la chambre des cloches à Coat-Méal, au moment précis ou le célébrant interrompt la lecture de l'Evangile, et, appuyé sur les galeries, jetez un regard vers le sommet de la motte féodale appelée Castel-Uhel.

Ne vous arrêtez pas à la beauté du paysage mais regardez bien : Vous y verrez trois barriques remplies d'or émerger du sol pour briller au soleil. Mais gare à la tentation.

Attirés par le scintillement de ces trois barriques d’or et la promesse de richesse facile et rapide, comme la libellule par un rayon de soleil, trois ouvriers de l'arsenal de Brest, dans un passé pas si lointain que ça, s'embusquèrent dans les broussailles de Castel–Uhel.

     
Les 2 fils du pêcheur               

 Résumé:

Un pêcheur attrape un poisson qui lui délivre un message étonnant

Il y avait une fois un vieux Pêcheur dont la femme était enceinte. Un soir il revint à la maison, n’ayant rien pris. Mais sa femme avait envie de manger du poisson, et il lui fallut retourner tout de suite au rivage. Il jeta ses filets et amena un très-beau poisson. Il en était tout heureux : — À présent, du moins, se disait-il, ma femme me donnera un peu de paix. — Mais voilà qu’au moment où il voulut prendre le poisson, celui-ci se mit à parler, et lui dit : — Quand je serai mort, donnez ma chair à manger à votre femme ; mon cœur, avec l’eau où j’aurai été lavé, à votre jument ; et mes entrailles et mes poumons, à votre chienne.
Le vieux Pêcheur fut bien étonné d’entendre parler un poisson, comme un homme. Jamais il n’avait vu pareille chose. Il répondit : — Je le ferai. — Puis, il s’en revint à la maison.
     
La fiancée du loup gris             

 Résumé:

Un roi de France doit marier sa fille à un loup gris
IL y avait une fois un roi qui avait trois filles.
Les deux aînées lui plaisaient plus que la cadette, et il leur achetait toutes sortes de beaux vêtements et de parures et ne leur refusait jamais rien. C’était tous les jours pour elles des fêtes, des bals et des parties de plaisir.
Et pendant ce temps-là, leur cadette restait à la maison et n’avait d’autres vêtements que ce dont ne voulaient plus ses sœurs. Elle se tenait toujours à la cuisine, avec les domestiques, et s’assoyait sur un escabeau, au coin du foyer, le soir, pour écouter leurs chansons et leurs contes. Aussi ses sœurs l’avaient-elles surnommée Luduennic, c’est-à-dire Cendrillon, et ne faisaient aucun cas d’elle.
Le vieux roi aimait beaucoup la chasse. Un jour, il s’égara dans une grande forêt. Il arriva à un vieux château, qu’il ne connaissait pas et frappa à la porte. La porte s’ouvrit et il se trouva en présence d’un énorme loup gris. Il recula d’effroi et voulut fuir. Mais, le loup gris lui dit :

 

Armanel, conteur celte, entrelac celtique VOB1

 

 

Date de dernière mise à jour : 26/05/2021