Contes Irlandais

Armanel, conteur celte, entrelac celtique ROV

Retour à la PAGE d'ACCUEIL

Mobiles et Smartphones : passez à l'horizontale
pour profiter pleinement du site

Ratounet 9d

Isolée en plein Atlantique, à l’extrême ouest de l'Europe, l’Irlande 
est une sorte de phare de la civilisation. cette île est devenue le creuset
 où se sont fondues différentes tradi
tions, dont celle des Celtes.
Cette tradition y apparaît, plus pure et
 plus archaïque que nulle part ailleurs,
 Les anciens mythes surgissent parfaitement vivants, parfaitement conser-
vés, des brumes de la mémoire, aussi bien dans la vie quotidienne que

dans les contes qu’ont diffusés jusqu'à nos jours
. Car tout est possible
dans un 
pays qui respecte le moindre buisson d’aubépine,
puisque c’est là que 
résident les fées.
MB CM

Contacter Armanel  Sauf mention contraire, les textes publiés sur ce site peuvent être librement reproduits à des fins
non commerciales. Merci d'en citer la source: armanel.e-monsite.com
 

Petite introduction sur les celtes

Petite introduction sur l'Irlande

Leprechaun; prononcer : Leith Brogan.
Les LEPRECHAUNS sont des petits lutins joyeux, travailleurs et grincheux, qui sont les cordonniers et les tailleurs des fées. On peut les apercevoir au coucher du soleil sous une haie chantant et cousant. Ils connaissent tous les secrets des trésors cachés, et si vous arrivez à en attraper un il vous conduira à l'endroit où se trouve le chaudron d'or caché d’une fée.

Mais attention, il vaut mieux être gentil avec les Leprechuns, sinon gare à vous.

 

Nouveautés de l'année  2021   
Le Leprechaun de la carrière
Le Leprechaun de Castlebera
Le roi aux oreilles d'âne

Setanta ou Cù-Chulainn ? 
Le chaudron d'or


Les résumés et liens des textes sont  en bas de cette page.
........  
 


Retour à la PAGE d'ACCUEIL
 

Les résumés et liens de tous les textes
sont  en bas de page.
  Histoires courtes pour les tout-petits
Cliquez sur le lien rouge. 
Le Leprechaun de la carrière Roscommon
Il faut être gentil avec les petis êtres
Le Leprechaun de Castlebera Roscommon
Un trésor à portée de main
Le taureau de Cooley
qui est le plus puissant ?
La prophétie    Innismore
un jeune homme et la malédiction
Conn et son fils   Galway
Une morte vient se venger de son mari.
Le roi aux oreilles d'âne
Un terrible secret à dévoiler.
L'enfant - Lutin  Inishark
Un bébé est remplacé  par un lutin
TREMBLING                     
La "véritable" histoire de  Cendrillon

Setanta 
La naissance d'un héros

Les casiers aux âmes   Clare
Les âmes des noyés sont emprisonnées.
Jack et ses amis  Wicklow 
Un jeune garçon part chercher fortune
Le chaudron d'or 
Il faut toujours bien réfléchir
La peau de Daisy    
La jalousie peut vous jouer des tours
Les sorcières cornues Tipperary 
Une fermière entend frapper à sa porte
 
Le château de Ballytowtas                   
Un jeune homme veut épouser une princesse
Connla et la jeune fille  Ulster 
Le fils d'un roi tombe amoureux
 
Phadrig et le Phouka 
Un jeune garçon se lie d'amitié avec un Phouka
Jamie FREEL   Donegal
Un jeune garçon libère une jeune fille.
 
Le fantôme de l'arbre  Mayo 
Un paysan sort pendant la nuit d'Halloween
Munachar et Manachar
La gourmandise est un vilain
défault.
 
Le roi du désert noir  Connaught
Un jeune chevalier doit résoudre trois
épreuves.
Caoïlte aux grands pieds Roscommon
Un jeune garçon pas comme les autres.
 
Les marraines d'Asling  Kerry 
Un jeune irlandais apreçoit trois cygnes.
Jack, le leprechaun & Himself 
Un jeune cordonnier attrape un Leprauchun.
 
Le cornemuseux de Tipperary Tipperay
Que de surprises dans un berceau.
L'aigle aux plumes d'or
trois princes et un oiseau magique
 

 

Le Leprechaun de la carrière
Résumé:
Un trésor à portée de main

Il y avait une famille vivant près de Castlerea  qui était devenue très riche d’une façon étrange, grâce aux bons offices d'un sympathique Leprechaun. Et la  légende de cette famille a été transmise à travers de nombreuses générations et est réputée être une histoire vraie :

Il était une fois un pauvre garçon, qui conduisait tous les jours un chariot mené par un âne, et essayait de gagner de l’argent en vendant de la tourbe; mais c’était un garçon étrange, très silencieux et morose, et les gens disaient qu’il avait la tête dans la lune, car il ne participait à aucun sport et ne parlait presque jamais à quiconque, mais passait toutes ses nuits à lire tous les vieux livres qu'il recueillait dans ses promenades. Ce qu’il désirait par-dessus tout était de devenir riche et d’abandonner le vieux chariot et de vivre en paix et seul au calme, avec rien que des livres autour de lui, dans une belle maison et un joli jardin.

Le Leprechaun de Castlebera
Résumé:
Un trésor à portée de main

Il y avait une famille vivant près de Castlerea  qui était devenue très riche d’une façon étrange, grâce aux bons offices d'un sympathique Leprechaun. Et la  légende de cette famille a été transmise à travers de nombreuses générations et est réputée être une histoire vraie :

Il était une fois un pauvre garçon, qui conduisait tous les jours un chariot mené par un âne, et essayait de gagner de l’argent en vendant de la tourbe; mais c’était un garçon étrange, très silencieux et morose, et les gens disaient qu’il avait la tête dans la lune, car il ne participait à aucun sport et ne parlait presque jamais à quiconque, mais passait toutes ses nuits à lire tous les vieux livres qu'il recueillait dans ses promenades. Ce qu’il désirait par-dessus tout était de devenir riche et d’abandonner le vieux chariot et de vivre en paix et seul au calme, avec rien que des livres autour de lui, dans une belle maison et un joli jardin

La prophétie
Résumé:
Un jeune irlandais est rattrapé par une malédiction

Il était une fois, à Innismore, un jeune homme nommé James Lynan qui était réputé dans toute l'île pour sa beauté et sa force. Jamais personne n’avait pu le battre à la chasse ou la lutte, et il était aussi le meilleur danseur de tous les bourgs et hameaux de l’île. Mais il avait aussi de mauvais côtés ; s’il était audacieux et téméraire, il était toujours partant pour participer aux mauvais coups des jeunes gens de l'endroit.

Un dimanche, alors qu’il était dans la chapelle après un de ces mauvais coups  tordus dont il avait le secret, le prêtre l'a dénoncé personnellement en chaire.
_ «James Lynan», a-t-il dit, «souviens-toi de mes paroles, tu vas mal finir.
La vengeance de Dieu s'abattra sur toi à cause de toutes tes méchancetés; et au nom de  la puissance divine que je représente  je te déclare, devant tous, homme  mauvais et suppôt de Satan, et maudit de tous les hommes honnêtes et bons chrétiens. "
A ces mots, le jeune homme pâlit et tomba à genoux devant tout le monde, pleurant amèrement: 
_ " Pitié, pitié; je me repens, je me repens".
Et il pleurait comme une femme.
_ « Repens-toi et va maintenant en paix", a dit le prêtre, "efforces-toi de mener une nouvelle vie, et je prierai  Dieu de sauver ton âme. "

 
Conn et son fils
Résumé:
Une morte veut se venger de son fils et de son mari
Chaque année pour la Saint Martin Conn tuait un bœuf ou un mouton. Lorsque Conn perdit sa première femme, avec qui il avait eu un fils (Martain) il se remaria. Or, si sa première femme n’avait jamais refusé de tuer le bœuf, la seconde femme qu’il avait épousée ne voulut jamais tuer le bœuf. Ils se disputaient régulièrement tous les deux à ce sujet ; Conn conduisit le bœuf dans la maison et le tua malgré le refus de sa deuxième femme. Quand le bœuf fut mort, sa femme en colère dit :
_« Que le diable étrangle la première personne qui en mangera un morceau.» 
On écorcha le bœuf, et on en fit un pot-au-feu, pour la Saint-Martin. La deuxième femme de Conn s’occupa bien du pot-au-feu tout le temps qu’il mit à cuire. Quand il fut cuit, elle souleva le couvercle de la marmite et la première chose qu’elle fit fut de plonger la louche dans le pot-au-feu, de retirer un morceau de viande et de le mettre dans sa bouche pour le goûter. Le morceau l’étrangla. Comme elle se tenait à l’écart des hommes près de la cheminée, la compagnie attablée ne se rendit pas compte tout de suite qu’elle était étranglée. Au bout d’un moment, ils trouvèrent qu’elle était bien silencieuse; Ils se retournèrent pour voir à quoi elle était occupée et on la trouva allongée sur le sol sans connaissance
 
L'enfant - lutin
Résumé:
Un bébé est remplacé par un lutin

Une vieille femme vivant à Innis-Sark a déclaré que, dans sa jeunesse, elle connaissait une jeune femme mariée depuis cinq ans mais sans enfants.
Son mari était un dur à cuire, et avait pris l’abominable habitude de se moquer d’elle et de la battre régulièrement, parce qu'elle n’arrivait pas à avoir d’enfant. Mais, un jour, enfin, un enfant lui est né; et il était beau à regarder comme un ange du ciel. Et le père était si fier de l'enfant qu'il restait souvent à la maison pour bercer le nouveau-né et aider sa femme au travail.

Un jour, alors qu’il berçait le berceau, l’enfant leva brusquement les yeux vers lui et le père s’aperçut que l’enfant avait une grande barbe qui poussait sur son visage. Alors le père a crié à sa femme 
_ « Ce n'est pas un enfant que je berce dans mes bras, mais un démon! Vous lui avez certainement lancé un mauvais sort. »
Et il la frappa et la battit plus que jamais auparavant de sorte qu'elle a crié à l'aide en hurlant de terreur. Aussitôt les ténèbres ont envahi la maison, le tonnerre a roulé sur leurs têtes, et la porte s'ouvrit toute grande avec un grand fracas et deux femmes étranges, avec des coiffes rouges sur leurs têtes et de gros bâtons dans leurs mains,  sont apparues dans la pièce. Et elles se sont précipitées sur l'homme, et l’une d’elles tenait ses bras pendant que l'autre le battait jusqu'à ce qu'il soit presque mort.

 
La peau de Daisy      
Résumé:
La jalousie peut vous jouer de mauvais tours

Il était une fois deux agriculteurs qui s’appelaient Hudden et Dudden. Ils élevaient tous les deux de la volaille dans leur jardin, des moutons dans les hautes terres des collines et des troupeaux de bovins dans les prairies au bord de la rivière. Mais malgré tout cela, ils n'étaient pas heureux.
 
Un pauvre homme du nom de Donald O'Neary vivait entre leurs deux fermes. Il vivait dans une petite cabane et ne possédait qu’une petite parcelle d'herbe qui suffisait à peine à nourrir sa seule vache qu’il avait appelée Daisy, ce qui veut dire Marguerite. Bien qu'elle fît de son mieux, c'était vraiment rare que Donald obtenir un verre de lait, encore moins une plaquette de beurre de Marguerite.

 
Jack et ses amis      
Résumé:
Un jeune garçon part chercher fortune
Il était une fois une veuve très pauvre, (comme souvent dans le pays ou se passe mon histoire) qui avait un fils. Cette année-la l’été fut très sec et ils ne savaient pas s'ils survivraient jusqu'à ce que les nouvelles pommes de terre soient bonnes à manger. Alors, Jack un soir dit à sa mère: 
_ "Maman, fais-moi cuire un gâteau et tue-moi un poulet, afin que je puisse aller chercher fortune; et si je la rencontre, ne crains rien car je reviendrai aussitôt pour la partager avec toi." Elle a donc fait ce que Jack lui avait demandé, et il est parti au petit matin pour son voyage. Sa mère vint avec lui à la porte du jardin et lui dit: 
_ "Jack, que préfères-tu avoir, moitié gâteau et moitié poulet avec ma bénédiction, ou la totalité d'entre eux avec ma malédiction?"
_  "O voyons, maman", dit Jack, "pourquoi m'as-tu posé cette question? Je suis sûr que tu sais que je ne veux pas ta malédiction." 
_ "Eh bien, Jack", répondit sa mère, " voici le demi gâteau et le demi poulet et mes mille bénédictions avec eux." 
Elle se tenait près de la porte du jardin et le bénissait aussi loin que ses yeux pouvaient le voir. Eh Jack a marché jusqu'à ce qu'il soit épuisé de fatigue, et dans aucune des fermes ou  il est entré, le fermier ne  voulait un garçon de ferme. Finalement, sa route le mena au bord d'une tourbière et il avait un pauvre âne enlisé jusqu’aux épaules, près d’une grosse touffe d’herbe à laquelle il s'efforçait de s’accrocher. 
_ "Ah, bonjour, Jack", dit-il, "aide-moi ou je vais me noyer."
 
Les casiers aux âmes
Résumé:
Une créature marine emprisonne les âmes des noyés

Jack Dogherty vivait sur la côte du comté de Clare. Jack était pêcheur, comme l'avaient été son père et son grand-père avant lui. Comme eux aussi, il vivait tout seul (si on ne comptait pas sa femme) et au même endroit. Les gens se demandaient pourquoi la famille Dogherty était si friande de ce coin retiré, si éloigné de toute humanité et au milieu d'immenses rochers éclatés, sans autre horizon que le vaste océan. Mais les Doghertys avaient leurs bonnes raisons personnelles. Cet endroit était le seul endroit de la côte où n’importe qui pouvait vivre dans l’abondance.
Il y avait une jolie petite crique, dans laquelle un bateau pouvait reposer aussi confortablement qu’un macareux dans son nid, et au-delà de cette crique, une grande quantité de rochers affleuraient la surface de la mer. Et, lorsque la tempête faisait rage et qu’un bon vent d’ouest soufflait fort sur la côte, de nombreux navires richement chargés se brisaient sur ces rochers; et ensuite les fines balles de coton et de tabac, les tonneaux de vin et les barils de rhum, les fûts de cognac et les fûts de Hollande venaient s’échouer à terre! Dunbeg Bay était aussi rentable qu’un petit domaine noble pour les Dogherty.

 
TREMBLING
Résumé:
La vraie histoire de Cendrillon
KING HUGH CÚRUCHA vivait à Tir Conal et avait trois filles, qui s’appelaient Fair, Brown et Trembling.
Fair et Brown avaient régulièrement de nouvelles robes et allaient à l'église tous les dimanches. Trembling restait à la maison pour faire la cuisine et le ménage. Ses sœurs ne la laissaient pas sortir du tout de la maison, car elle était bien plus belle que les deux autres et ces dernières craignaient qu’elle se marie avant elles-mêmes.
Cela a duré sept ans. Au bout de sept ans, le fils du roi d’Emanie tomba amoureux de Fair, la sœur
aînée.
 
le château de Ballytowtas        
Résumé:
Un jeune homme pauvre décide d'aller à Dublin afin  d'épouser une princesse
Autrefois, là ou se trouve  le château de Ballytowtas vivait un pauvre homme appelé Towtas l’ancien dans une pauvre demeure. C'était à l'époque bénie où la manne tombait du ciel sur la terre avec la rosée et  Towtas l’ancien vivait en ramassant la manne céleste et se nourrissait ainsi, car il était pauvre et n'avait rien d'autre.
Un jour, un colporteur, accompagné de sa fille jeune et belle, passa par là.
_  "Prêtez nous un endroit où dormir", dit-il à Towtas l’ancien, "car nous sommes fatigués."
Et Towtas l’ancien l'a fait ans sourciller.
Le lendemain matin, alors qu'ils s'en allaient, Towtas l’ancien tomba soudainement amoureux de la jeune fille et il dit au colporteur:
_ "Donnez-moi votre fille pour femme."
_ "Comment allez-vous faire pour la nourrir?" demanda le colporteur.
_ "Mieux que tu ne le peux toi même," répondit Towtas l’ancien, "car elle ne manquera jamais de rien."
Puis Towtas l’ancien raconta comment il vivait de la manne : Comment il sortait tous les jours quand elle gisait sur le sol avec la rosée et comment il la cueillait, comme l'avaient fait son père et ses ancêtres, qui avaient vécu ainsi toute leur vie, et que personne dans sa famille n’avait jamais manqué de rien.
Alors, la jeune fille a déclaré qu'elle souhaitait rester avec ce beau jeune homme, et le colporteur a consenti au mariage de Towtas l’ancien et de sa  fille. Puis le colporteur les quitta et reprit la route
 
les sorcières cornues         
Résumé:
Une fermière entend frapper à sa porte
Ce soir là, une femme qui possédait une grande ferme était restée tard dans la nuit à carder et à préparer la laine pendant que toute la famille et les domestiques  étaient allés se coucher. Soudain, on frappa à la porte et une voix appelât: 
_  «Ouvrez! Ouvrez! »
_ "Qui est là?" demanda la femme qui cardait à l’intérieur de la maison.
_ "Je suis la sorcière à une corne", a répondu la voix au dehors.
La maîtresse de maison, supposant que c’était une de ses voisines qui avait appelé et qui demandait de l'aide, ouvrit la porte et une vieille femme entra, tenant dans sa main une paire de cardeurs à laine. Cette femme portait une corne au milieu du front. La corne semblait bien réelle comme si elle y avait poussé. La vieille femme s'assit près du feu sans dire un seul mot et commença à filer la laine à une vitesse incroyable, comme la maîtresse de maison, qui était pourtant réputée pour son travail, n’avait jamais vu auparavant. Soudain la vieille femme s'est arrêtée et à dit à haute voix:
_  "Où sont les autres femmes? Où sont-elles restées traîner ? Elles devaient déjà être là."
Alors un second coup fut frappé à la porte et une voix appela comme auparavant:
 _ "Ouvrez! Ouvrez!
 
Phadrig et le Phouka          
Résumé:
Un jeune garçon se lie d'amitié avec un Phouka
Un jour, le fils d’un fermier ( qui était aussi meunier) menait le bétail aux champs, quand il sentit quelque chose passer dans ses jambes comme un grand courant d’air ; mais il ne fut pas effrayé car il savait que c’était le Phouka qui se rendait au vieux moulin de son père qui était construit le long du ruisseau où les fées et les lutins se réunissaient chaque nuit. Aussitôt, le jeune garçon se mit à crier :
-    « Phouka, Phouka ! arrête-toi et montre moi à quoi tu ressembles, et je te donnerai mon grand manteau afin que tu n’attrapes pas froid. » 
Alors un jeune taureau s’est dressé devant lui, les naseaux écumant et fouettant sa queue comme un fou ; mais le jeune Phadrig tint sa promesse et ôtant son manteau il le jeta sur le dos du taurillon furieux. Aussitôt, la bête se calma et proposa à Phadrig de se rendre au moulin la nuit même quand la lune serait haute et qu’il aurait une très bonne surprise en guise de récompense de sa bonne action.
 
Connla et la jeune fille       

Résumé:
Le fils d'un roi tombe amoureux ...

 

CONNLA-Cheveux Ardents était le fils de Conn aux Cent Victoires. Un jour comme il se tenait près de son père sur la colline d'Usna, il a vu une jeune fille étrangement vêtue se diriger vers lui. 
"D'où venez-vous, jeune fille?" A demandé Connla. 
"Je viens des Plaines de la vie éternelle," a-t-elle dit, "là où il n'y a ni mort, ni souffrance. Là nous sommes tous les jours en vacances, et nous vivons dans le bonheur et l’allégresse. Et nous ne connaissons pas les rivalités et encore moins la guerre. Et parce que nos maisons sont bâties sur des collines vertes et rondes, les gens nous appellent les Gens de Colline." 
Le roi et sa cour se sont demandé d’où venait la voix qu’ils entendaient alors qu’ils ne voyaient personne, car Connla seul, pouvait voir la Jeune fille Magique.
 "À qui parlez-vous, mon fils?" A demandé le roi Conn aux Cent
Victoires
 
Le fantôme de l'arbre       

Résumé:

Troisprinces irlandais partent à la recherche
d'un oiseau fantastique

Il était une fois un homme qui s'appelait Pâdîn Ruadh 0'CeaIlaigh et qui vivait au pied de la colline de Petit-Nêifin. Il était marié, et avait une fille, qui était aveugle de naissance. Les voisins la surnommaient: Nora Dall (Nora l'aveugle), et ils la craignaient car ils pensaient qu’elle pouvait voir les fées. Pâidîn n'avait qu’une toute petite ferme de deux acres de terre, et pour cette raison, il était très pauvre.
Comme Pâdin avait le sommeil léger il sortait chaque nuit, qu'il fît humide ou sec, froid ou chaud, il ne savait pas ce qui l'attirait dehors, mais il était d'une nature remuante et il ne pouvait pas rester chez lui. A cette époque, les gens croyaient que tous les lutins et les fantômes  sortaient la nuit d’Halloween  pour faire éclater les groseilles et les mûres, et les gens n'auraient jamais mis la moindre mûre dans leur bouche cette nuit-là. Mais Pâidîn n'avait peur de rien. 
Une nuit d’Halloween, Pâidîn sortit, comme il en avait l'habitude, et il marcha jusqu'à ce qu'il arrive à la hauteur d'une vieille église. Dans le cimetière il y avait un arbre immense. C’était une nuit de pleine lune et on pouvait voir presque comme en plein
 
jour
 
L'aigle aux plumes d'or           

Résumé:

Trois princes irlandais partent à la recherche
d'un oiseau fantastique

Il  y avait une fois,  un vieux roi qui vivait en Irlande. 
Ce roi avait trois fils qui étaient des triplés et il avait une grande estime pour chacun d’eux, mais il ne savait lequel d’entre eux hériterait du royaume, puisqu’ils étaient nés , tous les trois, en même temps et qu’il les aimait autant tous les trois.
Or, il  y avait un pommier dans le jardin du vieux roi, et chaque année le pommier donnait quarante pommes, mais, elles étaient  volées avant d’être mûres. Un jour, excédé, le vieux roi convoqua ses trois fils et leur dit :

- Chaque année, malgré les gardes que je place  nuit et jour sous l’arbre, on me vole mes belles pommes dès le moment où les fleurs sont tombées. Aussi, j’ai décidé que c’est vous qui monterez la garde, et celui qui attrapera le voleur aura mon royaume après ma mort.

Les trois fils s’appelaient : Aodh, Art et Niall. 
Aodh parla le premier et dit:

- Je monterai la garde cette nuit, car je ne pense pas que le voleur vienne pendant le jour.

- Je monterai la garde la nuit de demain, ajouta Art.

- Et moi, la troisième nuit, compléta Niall.

 
Munachar et Manachar             
Résumé:
Deux lutins partent cueillir des framboises..

IL y a très longtemps, vivaient les deux lutins  Munachar et un Manachar. Ils vivaient depuis très longtemps, ensemble comme deux frères et ils se ressemblaient tellement qu’on aurait pu croire que c’étaient des frères jumeaux. Ils avaient les mêmes chaussures, les même pantalons, les mêmes chemises, les mêmes bonnets et tous les deux avaient aussi un grand nez pointu. Une seule chose les différenciait; Munachar était grand et mince et Manachar était petit et rondelet. En fait Manachar avait un gros appétit et mangeait sans cesse, il aurait bien chipé dans le garde manger de Munachar quand le sien était vide.

Version COURTE                                              
                                Version
LONGUE

 
Le roi du désert noir            
Résumé:
Un jeune chevalier irlandais doit effectuer trois grands travaux pour conquérir sa belle.

 O'Conchubhair roi d'Irlande, demeurait à Râth-Cruachâin, et avait un fils unique, mais celui-ci, en grandissant, devint imprévisible et le roi ne pouvait le corriger, car son fils avait une force terrible et une volonté à toute épreuve. 
Un matin, son fils s’en alla:

Son chien sur ses talons
Sur son poing son faucon
Et monté sur son beau cheval noir.

Et il s’en alla droit devant lui, fredonnant une chanson, jusqu'à ce qu'il arrive à la hauteur d'un grand buisson qui croissait sur le flanc d’une colline. Un vieillard grisonnant était assis au pied du buisson, et lui dit :
-       Fils du roi, si tu sais jouer aux cartes aussi bien que tu sais chanter, je suis prêt à jouer contre toi.
Le fils du roi pensa qu'il avait affaire à un vieillard un peu fou; il descendit de cheval, jeta la bride sur une branche, et s'assit à côté du vieillard. Celui-ci sortit un paquet de cartes et lui demanda:
-       Sais-tu jouer aux cartes?
-       Bien sûr, dit le fils du
roi.

 
Caoïlte aux grands pieds                   
Résumé:
Un jeune garçon pas comme les autres nait chez un couple de vieux irlandais
Il y avait, autrefois, un couple qui demeurait à Grâin-leathan près de Baile-an-Iocha, dans le comté de Roscommon. Ils étaient mariés depuis plus de vingt ans sans avoir eu d'enfant.
 
Un matin, Diarmuid, le mari, sortit pour essayer de tuer un lièvre. Il y avait beaucoup de neige sur la terre et un brouillard sombre si épais que l'on ne pouvait rien distinguer à deux mètres devant soi. Bien qu’il connaisse le terrain pouce par pouce à un mille à la ronde Diarmuid s'égara. Il cherchait  une lande de bruyères au bord de la tourbière où se rassemblaient les lièvres. Il erra et il erra pendant bien des heures et il ne put trouver l’endroit. Découragé, il chercha à regagner  sa maison, mais il ne le put. Il marcha jusqu'à ce  que la fatigue le terrasse et allait s'asseoir quand il vit un vieux lièvre venir à lui. Diarmuid allongea la main et essaya de l’assommer, mais le lièvre sauta de côté et lui dit :
 
- Retiens ta main, Diarmuid, et ne frappe pas ton
ami.
 
Jamie Freel
Résumé:
Un jeune homme va participer à un bal chez les lutins pendnat la nuit d'Halloween.

Il y a bien longtemps, dans le village de  Fannet, vivaient Jamie Freel et sa mère. La vieille dame était veuve et ne pouvait subvenir à ses besoins. Jamie travaillait dur tous les jours dans les fermes des environs et tous les samedis soirs, une fois sa semaine terminée, il se rendait chez sa mère à qui il donnait toutes ses économies en la remerciant de lui laisser quelques sous pour ses dépenses personnelles. Jamie était bien vu de ses voisins car il était gentil et qu’il travaillait dur toute la semaine et qu’il s’occupait bien de mère qui était veuve et sans le sou.

Mais près de sa maison, vivaient d’autres personnages dont il avait entendu parler. Des êtres qu’il n’avait jamais vus, et qu’on n’apercevait que pendant la nuit d’Halloween. C’étaient des fées et des lutins qui vivaient dans un vieux château en ruine sur la colline derrière chez sa mère.

 
Les marraines d'Asling       
Résumé:
Un jeune irlandais apreçoit trois cygnes.

Comme vous le savez peut être, en Irlande on peut trouver toutes sortes de paysages allant de la terre la plus aride aux plaines les plus vertes. On peut aussi trouver des bords de côte merveilleux où l’on ne sait plus la frontière entre la terre et la mer.

Coornagillagh, à l’ouest du comté du Kerry, est située dans une très belle région : La péninsule de Beara. Là-bas,  la mer pénètre profondément dans les terres, comme un fleuve, elle creuse des fjords secrets. Parfois un promontoire s’avance, auréolé d’une guirlande semi terrestre, semi marine des ors superposés des goémons jaunes et des ajoncs. Et les garçons qui demeurent dans le voisinage ont l’habitude de se réunir pour jouer, sur le bord, pendant les beaux jours. Là, ils courent sur les rochers, s’ébattent dans l’eau et se sèchent au soleil dans la lande.

Ce jour-là, Asling,  un garçon d’environ quatorze ans ...

 
Jack, le leprechaun & Himself         

Résumé:
Un jeune cordonnnier capture un
Leprauchun et reçoit un sac magique comme rançon.

Jack Lane a toujours été un individu un peu bizarre, et depuis le moment où il est né, les gens disaient qu’il y avait quelque chose qui  n’allait pas avec lui. Il était vraiment petit, avait la peau sombre, un nez et un menton pointus, et surtout des yeux brillants comme s’il était toujours fiévreux. Plus tard, quand il devint un petit garçon, il lui arrivait fréquemment de s’arrêter et d’observer des choses que lui seul pouvait voir. Il se tournait alors vers ses frères ou ses sœurs en leur demandant : « N’avez vous pas vu le Leprechaun ? » ou « Tiens, je viens de voir passer une fée ! »
Bien sûr, personne ne le
croyait.

 
Le Cornemuseux de Tipperary         
 Résumé:
un petit bébé rend la vie impossible à ses parents à cause de ses cris aigus.
  Si vous passez par Tipperary, en Irlande, vous entendrez peut être quelqu‘un vous raconter l’histoire du Cornemuseux de Tipperary.  Plus personne ne sait quand cette histoire s’est passée. Certains disent même qu’elle n’est pas vraie, que c’est une légende, voire un conte de fées. Et pourtant…

Voila ce qui s’est passé autrefois à Tipperary en la verte Erin.

Dans cette petite ville vivait une famille pauvre. Il y avait le père, la mère et les quatre enfants. Quatre fils. Trois d’entre eux étaient très forts et vigoureux et aidaient leurs parents dans toutes les tâches de la petite maisonnée. Mais le quatrième, le petit dernier, était encore au berceau. Et ce n’était pas parce qu’il était au berceau qu’il était facile à élever. Bien au contraire. Il était une source continuelle de tracas pour ses frères et ses parents.

     

 

............................................Armanel, conteur celte, entrelac celtique ROV1

Date de dernière mise à jour : 26/05/2021