Contes Marins

Armanel, conteur celte, entrelac celtique BOV

Retour à la PAGE d'ACCUEIL

Mobiles et Smartphones : passez à l'horizontale
pour profiter pleinement du site

Raton 8d

Les légendes, ces drames du mystère, s’attachent, comme les oiseaux de nuit,
aux lieux sombres et déserts, aux ruines abandonnées, aux grands rochers des montagnes
ou des grèves, aux cavernes profondes que les imaginations simples, mais surtout poétiques
des pêcheurs (et des habitants de la campagne), se plaisent à peupler de pittoresques fantômes.

ELB

Sauf mention contraire, les textes publiés sur ce site peuvent être librement reproduits à des fins
non commerciales. Merci d'en citer la source: armanel.e-monsite.com

 contacter Armanel

Les résumés et liens des textes sont  en bas de cette page.

     
  Pourquoi la mer est salée ?        
la mer n'a pas toujours été salée.
Iroise sirène de Saint Mathieu.
légende moderne.
Brandwen la plus belle femme du monde
La plus belle femme du monde n'habite pas à Camaret.
Le vaisseau merveilleux 
Un jeune marin devient roi de
France
 
Les marraines d'Asling          Irlande
Un jeune irlandais voit trois cygnes.
 
La fille de la sirène                       Cornouailles  
Un pêcheur adopte la fille d'une sirène.

 

Les  Morgans d'Ouessant       
Une jeune ouessantine est enlevée par le roi des Morgans

Le pousseur de la Dour Du     ELB-
La fiancée des morts périt par là ou elle a pêché.
.................................................................................   ............................................................... ..................................................................

Retour à la PAGE d'ACCUEIL

Pourquoi la mer est salée
Résumé:                      
La mer n'a pas toujoours été salée

Voici ce que m'a expliqué un vieux pêcheur de Concarneau, et les vieux pêcheurs,  surtout ceux de Concarneau, ne mentent jamais … surtout quand ils disent la vérité … 

C'était il y a si longtemps que le grand-père de ton grand-père n'était pas encore né. Le sable du Cabellou était encore un rocher solide  et les paysans de Lanriec venaient en charrette aux Glénan pour y faire la moisson. En ce temps-là, le rivage de la mer se trouvait tout là-bas à la ligne d'horizon et, chose encore plus curieuse, l'eau de la mer… n'était pas salée

 
Iroise, la sirène de Saint-Mathieu
Iroise

Ici, avant toutes choses, il n’y avait rien ni personne. Les rochers étaient encore plus pointus et saillants, les vagues étaient encore plus énormes et écumantes et les êtres fantastiques vivaient en harmonie avec les êtres naturels, les oiseaux de mer, les poissons et les dauphins. Avant que l’homme n’ose venir ici, avant qu’il n’y ait la moindre ville ou village à plusieurs jours de navigation, vivait ici dans les bouillons de la mer irlandaise une sirène dénommée Iroise. Son terrain de jeu commençait sur la proue du continent  et s’arrêtait là où l’horizon embrasse le ciel. 
Lorsqu’en Egypte, les marchands bretons avaient ravi les reliques saintes de Matthieu, l’apôtre de Jésus, et qu’après plusieurs mois de voyage ils étaient parvenus dans les parages de l’actuelle pointe Saint-Mathieu, ils avaient affronté une très forte tempête. Ce jour là, un jour qui ressemblait plutôt à une nuit sans lune ni étoile, ils avaient bien entendu le chant d’une sirène mais, croyant aux stratagèmes d’un esprit maléfique, ils se méfièrent. Cependant, ils ne changèrent pas de cap.
Le chant venait avec les bourrasques de vent et dans cette tempête de fin du monde cela sonnait comme une chose incongrue. C’était le chant d’Iroise, la sirène de la proue du
continent.

 

 
Brandwen la plus belle femme du monde

Résumé:                      
La plus belle fille du monde habite chez nous! dit-on à Camaret.

 

Armanel, Plestin les grèves

De mémoire d’homme les gens de Camaret ont toujours cru que les plus belles filles du monde étaient les filles de la presqu'île de Crozon. Et il était inutile d’essayer de les contredire, toute tentative allant dans ce sens était vouée à l’échec. Et partout dans les ports et les taverne de la presqu’île, lorsque les esprits s’échauffaient autour d’une bolée de cidre, les hommages à la beauté des Camarétoises s’envolaient plus haut et plus fort que les cloches qui, à Pâques,  rentraient de Rome en carillonnant à tue-tête.

Et cela dura jusqu'au jour où un étranger de passage dit aux fiers camarétois : 
_ " Vous êtes fiers de la beauté de vos filles, et vous vous en vantez, mais sachez que j'ai vu, sur la côte nord à Lanildut, une jeune fille mille fois plus belle que la plus jolie fille de chez vous" ! 
Vous pensez bien que tout Camaret fût sous le choc en apprenant cette nouvelle ! Il fallait faire quelque chose : Ou bien le voyageur mentait, ou bien c’en était fini de la réputation des filles de Camaret. On décida donc qu’il fallait dépêcher un enquêteur afin de vérifier le bien fondé de cette affirmation. Ce fut Gurvan, un jeune pêcheur téméraire et très bon marin qui  fut désigné pour aller vérifier sur 
place.

 
Le vaisseau merveilleux

Résumé:

Un jeune pêcheur devient roi de France

IL Y AVAIT UNE FOIS un pêcheur de Saint-Cast qui se nommait Jacques ; il était pauvre comme Job, et ne possédait pour tout bien que ses filets et un petit bateau dans lequel il allait à la pêche avec son fils. 
Un jour ils sortirent comme d'habitude pour pêcher ;il faisait beau et il n'y avait pas la moindre apparence de gros temps : aussi ils allèrent bien loin au large, et ils arrivèrent dans un endroit où le poisson était si abondant, que la mer en était, comme on dit, salée ;ils en prirent autant qu'ils purent en charger leur bateau, puis ils remirent à la voile pour revenir à leur havre. Mais tout à coup, le vent fraîchit et la mer devint houleuse ; ils prirent deux ris dans leur voile, puis trois, enfin comme le mât craquait, et qu'il n'y avait plus moyen de porter de toile, ils amenèrent leur voile, et jetèrent leur grappin ; mais il ne mordit pas le fond, et le petit bateau s'en alla à la dérive comme une bouée. 
-Qu'allons-nous devenir ? disait le vieux pêcheur. S'il ne calmit pas, bientôt nous serons dans une mauvaise 
passe
 
Les marraines d'Asling  

Résumé:
Un jeune irlandais apreçoit trois cygnes.

Armanel, conteur celte

Comme vous le savez peut être, en Irlande on peut trouver toutes sortes de paysages allant de la terre la plus aride aux plaines les plus vertes. On peut aussi trouver des bords de côte merveilleux où l’on ne sait plus la frontière entre la terre et la mer.

Coornagillagh, à l’ouest du comté du Kerry, est située dans une très belle région : La péninsule de Beara. Là-bas,  la mer pénètre profondément dans les terres, comme un fleuve, elle creuse des fjords secrets. Parfois un promontoire s’avance, auréolé d’une guirlande semi terrestre, semi marine des ors superposés des goémons jaunes et des ajoncs. Et les garçons qui demeurent dans le voisinage ont l’habitude de se réunir pour jouer, sur le bord, pendant les beaux jours. Là, ils courent sur les rochers, s’ébattent dans l’eau et se sèchent au soleil dans la lande.

Ce jour-là, Asling,  un garçon d’environ quatorze ans ...

 
La fille de la sirène

Résumé:
un vieux couple sans enfant vivait au bord de la mer, quand un jour l'homme capture la fille d'une sirène.

Armanel, Plestin les grèves

En ces temps là, vivait sur la côte, pas très loin de First Cove dans la baie de Bude, un vieux couple dans une petite cabane adossée à la falaise. Une nuit, l'homme qui s'appelait Blejan et qui était pêcheur parmi d'autres métiers, car la pêche ne lui suffisait pas pour vivre sa famille à cause des serpents de mer géants qui descendaient de la Severn Sea et qui s'accrochaient à ses lignes, descendit vers la plage. Malheureusement pour lui, la marée n'était pas arrivée à son bon niveau pour permettre de rejoindre ses coins de pêche et il dut donc s'occuper à autre chose en attendant.
 
Les  Morgans d'Ouessant              

Résumé:

Une jeune ouessantine "en âge de se marier", se trouve trop belle pour les garçons de l' île, et ne veut se marier qu'avec un Morgan.

armanel, conteur breton à Saint Matthieu 2015

  IL y avait autrefois (il y a bien longtemps, bien longtemps de cela, peut-être du temps où saint Pol vint du pays d’Hibernie dans notre île) ; il y avait donc à Ouessant une belle jeune fille de seize à dix-sept ans, qui s’appelait Mona Kerbili. Elle était si jolie, que tous ceux qui la voyaient en étaient frappés d’admiration et disaient à sa mère :

— Vous avez là une bien belle fille, Jeanne ! Elle est jolie comme une Morganès, et jamais on n’a vu sa pareille, dans l’île ; c’est à faire croire qu’elle a pour père un Morgan.

— Ne dites pas cela, répondait la bonne femme, car Dieu sait que son père est bien Fanch Kerbili, mon mari, tout comme je suis sa mère.

 
Le pousseur de la Dour Du                    

Résumé:

Quand on est une belle jeune fille, il ne faut pas jouer de son pouvoir pour semer la mort autour de soi...

... La Dourdu (l’eau noire) est un de ces endroits d’aspect sinistre, toujours enveloppé d’une crainte mystérieuse que la tradition populaire motive à peine. C’est une baie de peu d’étendue, située au bas de la rivière de Morlaix. Ancien refuge des corsaires bretons, elle est entourée de noirs récifs et d’énormes rochers rangés sur la grève comme les pierres éboulées d’un mur gigantesque. Des brouillards presque continuels y répandent souvent une demi-obscurité.

 

Armanel, conteur celte, entrelac celtique BOV1

Date de dernière mise à jour : 25/12/2020