Faits historiques

Armanel, conteur celte, entrelac celtique BOB

Retour à la PAGE d'ACCUEIL

Mobiles et Smartphones : passez à l'horizontale
pour profiter pleinement du site

Raton 6d

Il arrive parfois que le conteur se fasse historien (ou presque).

Il nous relate alors des faits historiques, mais en précisant bien:
"J'ai appris de mes parents", "Mon grand père m'a raconté", "Jadis, il s'est passé..".
ce qui lui permet de mettre en valeur certains détails qui le fascinent
ou d'occulter d'autres qu'il déteste.

Dans ces cas précis, Armanel n'oubliera pas de conclure par un
"
C'est ce qui m'a été dit" ou un "moi, je ne sais pas, c'est ce que les anciens disaient",
voire un
"Tout ça c'est dans Wiikipédia"
ce qui lui permet d'échapper aux remarques possibles d'un plus érudit que lui sans perdre la face.

HLBM.

Sauf mention contraire, les textes publiés sur ce site peuvent être librement reproduits à des fins non commerciales.
Merci d'en citer la source: armanel.e-monsite.com

Contacter Armanel

 

Résumés et liens des textes en bas de page.

     
     
Salomon le roi Juste                 
Vie du dernier roi de Bretagne
.
Nicolazic et sainte Anne             
Un paysan découvre une statue dans son
champ.
Vie de Hélène Jégado.                    
La plus terrifiante empoisonneuse de tous les temps.
La lionne de Bretagne                      
Elle devient pirate pour venger son
mari.
.
Le Primauguet.                         
Hervé de Portzmoguer et son navire: La Cordelière.
Le Nabab.                                        
Un pauvre moussaillon breton devient un personnage digne des mille et une nuits.
Principauté de Coat Méal.                  
Une principauté au coeur du Léon
Vie de Yan 'Dargent.            
Décapité 8 ans après sa mort.
Le combat des trente.                       
Une joute héroïque et chevaleresque.
................................................................ ........................................................... .................................................................

Retour à la PAGE d'ACCUEIL

 
Salomon le roi juste
Résumé:
Salomon le dernier roi de Bretagne
" Il y a eu en Bretagne trois princes nommés Salomon. Le premier et le dernier ont été honorés du titre de martyrs " (Albert Le Grand).
Au IXe siècle, le troisième roi* des Bretons portait un prénom biblique et serait à l’origine du nom de famille Salaün, toujours fréquent de nos jours. Il a régné de 857 à 873, repoussant loin les limites de la Bretagne et a laissé un souvenir puissant dans l’imaginaire collectif.
Comme pour de nombreux princes du haut Moyen Âge, les origines de Salomon demeurent entourées de mystère. Né entre 810 et 820, il serait le fils de Riwallon, comte de Poher et frère (ou beau-frère) du Dux Nominoe. Il était le cousin d'Erispoë, roi de 851 à 857. Il semble également qu'il ait été élevé par Nominoë.
Salomon († 874), fils de Riwallon, comte de Poher, fut le dernier roi de Bretagne de 857 au 25 juin 874. C'est sous son règne que la Bretagne connut son extension maximale.
 
Nicolazic et Sainte Anne 
Résumé:
Un paysan découvre une statue dans son champ
Dès son enfance, Nicolazic avait été intrigué  par le nom même du village de Keranna, dont dépendait la ferme qu’il habitait. Et il s’était, très tôt, senti attiré par la Mère de la Vierge. Et, en 1623, quand il eut des visions et des apparitions, il se sentit confirmé dans la rectitude de sa dévotion. Sa maison s'illuminait, régulièrement, la nuit, d'une vive lumière provenant d’une chandelle de cire  tenue par une main invisible. D'autres fois, quand il rentrait tard chez lui, cette même chandelle  allumée l’accompagnait et lui éclairait le chemin sans que la flamme vacille. Un matin, à l’aube, accompagné de son beau-frère, il conduisait ses boeufs à la source et il aperçut une « dame d'un aspect vénérable, habillée d'une robe de toile de fin lin très blanche, environnée d'une si grande clarté que l'on voyait tout le paysage environnant, comme en plein jour », qui venait vers eux
 
Jeanne de belleville, la "Lionne de Bretagne".        
Résumé:
Une femme devient pirate pour venger son mari.
Voici l’histoire d’une Bretonne qui décide de s’embarquer dans une aventure périlleuse pour venger l’honneur de son mari, en devenant la première femme pirate de l’histoire de France. C’est l’épopée extraordinaire de Jeanne de Belleville, la lionne de Bretagne.

Pirate sanguinaire à la tête d’une flottille de trois bateaux aux coques noires et aux voiles rouge sang, en souvenir de la mort de son mari et de son deuil, Jeanne de Belleville prenait toujours la mer avec ses fils, afin de venger l’honneur et la mémoire de leur père. Elle aurait écumé la Manche et les rivages de l'Atlantique  pendant une dizaine d’
années...
 
Hervé de Portzmoguer, dit Le Primauguet.        
Résumé:
Le Primauguet perdit la vie à bord de La Cordelière en défendant Brest.
Primauguet !  C’est sous ce nom qu'un grand marin breton est passé à la postérité. 
Hervé de Portzmoguer, dont le nom breton s'écrit Porzhmoger (prononcer "Porsmoguerre") était un petit noble bas breton dont les terres s'étendaient sur la commune de Plouarzel, dans le nord du Finistère. On ignore presque tout de ce jeune chevalier, y compris sa date de naissance. Ses terres relevaient de la seigneurie des Du Chastel, dont le plus illustre représentant, Tanguy III, prévôt de Paris, sauva le futur roi Charles VII, encore adolescent, des Bourguignons, en mai 1418.
Le manoir qu'Hervé avait hérité de sa mère et qui domine le chenal du Four n'existe plus à Plouarzel: il a été incendié par les Anglais. 
Le manoir, construit en granite sur la côte escarpée qui fait face aux îles de Molène et d’Ouessant, était situé près du rivage qui borde le Chenal du Four. Et si on imagine sans peine comment pouvaient se forger les vocations maritimes, les Portzmoguer exploitaient aussi leurs terres et leur devise était le symbole de cette double occupation : 
War vor ha war zouar : (Sur mer et sur terre) devise bretonne des Portzmoguer. Leur blason portait "de gueules à la fasce d'or chargée d'une coquille d'azur et accompagné de six besants d'
or."   
 
Principauté de Coat Méal.                   

Résumé:
Coat Méal,érigée en principauté,
est demeurée indépendante
jusqu'à la révolution.

Paroles en Wrach, Armanel, conteur breton

 

 

 

 

Tout le monde connaît la principauté de Monaco située au sud est de la France, ou la principauté d'Andorre sise entre la France et l'Espagne dans les Pyrénées.
Mais savez-vous que de 1645 à 1789, il existait une autre principauté enclavée dans le coeur du Léon (en Bretagne) :
La principauté de Coat-Méal.

Beaucoup d'hypothèses ont couru et courent encore sur l'origine du patronyme de Coat-Méal.

Le mot Maël signifie seigneurie. On connait Maël-Carhaix, Maël-Pestivien, Mellac,etc...
A cinq kilomètres de Coat-Méal nous avons Milizac (Maël-Izac), le fief du seigneur Izac, grand propriétaire de la contrée.

Coat-Méal ne serait-il pas un mael ?

Et grande est la tentation de croire que Coat-Méal signifiait bois de la seigneurie, ou plus justement «ancienne seigneurie».
Sur les panneaux bilingues qui marquent l’entrée de l'agglomération, Coat Méal est «re-bretonnisé» sous le vocable Coz Meal.
Coat-Méal serait donc une mauvaise transcription du nom original, hypothèse confirmée (?) par le terme COZMEALIZ qui désigne les habitants de Coat-Méal.

 
Vie de Hélène Jégado.                            

Résumé:

La vie de  plus terrifiante empoisonneuse de tous les temps.

   Née en 1803, la jeune Hélène, enfant choyée élevée dans une petite ferme d'une famille de cultivateurs pauvres, est nourrie des légendes de la Basse-Bretagne. Elle est notamment traumatisée par le personnage de l'Ankou, dont elle va devenir l'incarnation pour surmonter ses angoisses.
En 1810, après la mort de sa mère, elle est envoyée chez une tante qui travaille comme domestique dans un presbytère de Bubry, et devient elle-même domestique.
 
Vie de Marion du Faouët.                        Parution prévue en 2016
     
     
Vie de Yan 'Dargent.                         

Résumé:

Au XIX° Siècle, un jeune breton se lance dans une carrière artisitque.

Sa mort ne passa pas inapercue car il fut
"décapité"
10 ans après son décès.
Armanel conteur breton musee du ponant

 
Son père, Claude Dargent, est tanneur, et sa mère, tenait le relais de poste et le débit de tabac ; pendant la Monarchie de Juillet, Claude Dargent devint maire.
Jean Edouard n'a que deux ans quand sa mère décède. Son père se remarie à Saint-Pol-de-Léon, et l'enfant est élevé par ses grands-parents qui confient l'enfant à l'un de ses oncles, Thomas, instituteur à Plouaret, où il aura comme condisciple François-Marie Luzel, poète, folkloriste, qui restera son ami.

Il est d'abord élève au collège Saint-Joseph de Landerneau, puis en 1836 à l'institution Notre-Dame du Kreizker de Saint-Pol-de-Léon, avant de rejoindre son père à Landerneau.

En 1840, il entre après examen dans l'administration des Ponts et Chaussées, puis passe à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest qui doit construire la ligne de chemins de fer entre Morlaix et Brest, où il est chargé de faire des relevés topographiques.
En 1846, alors inspecteur des travaux à la construction de chemin de fer de Montereau, il fit connaissance de Jules-Nicolas Schitz, professeur de dessin du lycée de Troyes, qui l'engage à développer ses talents.
 
     
Vie de Gilles de Retz.                             Parution prévue en 2016
     
Le combat des trente                          

 Résumé: 
Pendant la guerre de
Succession de Bretagne, un duel sanglant se déroula à Guillac (Morbihan). 

   Pendant la guerre de Succession de Bretagne, Josselin est aux mains de Jean de Beaumanoir, partisan de Charles de Blois tandis que Ploërmel est tenu par les Anglais de Robert Bemborough, partisans des Monforts, ducs de Bretagne. Un jour, Beaumanoir aperçoit des paysans bretons maltraités par des soldats anglais. Outré, il s’en plaint à son adversaire anglais et les deux hommes décident d’organiser un duel afin de régler l’attribution du territoire et de cesser les exactions sur  la population.

Le 26 mars 1351, le duel épique se déroule près du « chêne de Mi-Voie », entre Ploërmel et Josselin. Les trente et un chevaliers Bretons de Jean de Beaumanoir se rangent face aux trente et un hommes commandés par Bemborough. 

Pendant le combat, Beaumanoir, épuisé par la chaleur, aurait réclamé à boire. Geoffroy du Boüays, un de ses compagnons, lui aurait répondu « Bois ton sang, Beaumanoir, la soif te passera ». Cette parole demeurera la devise des Beaumanoir. 

L’issue du combat ne règla rien en définitive:  La guerre de succession, commencée en 1341, continuera jusqu'en1365 et, finalement, c'est le fils de Jean de Montfort, Jean IV, qui remportera la couronne.

Le Nabab.                                                        

Résumé:

Pendant le règne de Louis XVI, un jeune Breton part faire fortune aux Indes où il connaîtra un grand destin.

  René Madec, né le 27 février 1736 à Quimper dans le quartier de la Terre au Duc,est le huitième enfant de François Madec et Marie Corentin Melin. Bien que considérés comme des petits bourgeois, ses parents ont parfois du mal à joindre les deux bouts. Son père est à la fois maître d'école et maître maçon. Sa mère, elle, tient une petite auberge. Le jeune René Madec passe une grande partie de son temps à roder sur les quais de Quimper, où il hume les parfums de l'aventure.

 

Armanel, conteur celte, entrelac celtique BOB1

 

 

Date de dernière mise à jour : 25/12/2020