Descriptif du Pays de Galles

 

Préhistoire du Pays de Galles
La plus ancienne trace d'une présence humaine a été trouvée dans le Nord du pays, dans le comté du Denbighshire. Des dents appartenant à un enfant du Néandertal âgé de 8 ans ont été trouvés dans une grotte dite Pontnewydd Cave et pourraient dater de 230 000 ans.
Mais, Il faut attendre plus de 200 000 ans pour être assuré d'une présence humaine conséquente en Galles. Sur la péninsule de Gower, des découvertes de restes humains ont été mis au jour dans la grotte de Paviland. Ils ont été datés de 24 000 av. J.-C. Cette datation fait de ce squelette le plus ancien squelette retrouvé au Royaume-Uni.

La période indépendante
Les Romains ont établi quelques places fortes au sud du pays et dans sa partie occidentale, comme à Caerfyrddin/Carmarthen/ Ils ont également bâti la grande forteresse de Caerleon, où se trouve l'amphithéâtre le mieux préservé de Grande-Bretagne.
Les Saxons ont toujours échoué à conquérir le pays de Galles. L'un des rois saxons, Offa de Mercie finit par ériger un grand mur de terre, « Offa's Dyke », à la frontière de son pays, pour délimiter la partie de la région du Powys qu'il venait de conquérir. 
Les Normands finissent par dominer le pays, mais cette domination fut plus progressive que la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant en 1066. 
Commencée par les Saxons, au vie siècle, la tentative de conquête du pays de Galles ne s'acheva qu'en 1282 sur un champ de bataille. 
L'usage du gallois, s'est maintenu comme en Irlande, alors même qu'en Angleterre et en Écosse, l'usage des langues celtiques s'est perdu ou a largement diminué.
Le mot anglais pour désigner ce pays, Wales, est issu du mot germanique Walh qui se traduit par « parlant une langue celtique. On retrouve des traces de ce terme dans d'autres langues et dans d'autres régions où les populations germaniques avaient pour habitude de désigner par ce terme les populations parlant une langue celtique ou romane (Wallons).

À l'époque médiévale, le pays de Galles est divisé en plusieurs royaumes indépendants gouvernés par des princes locaux. Les Normands, qui envahissent l'Angleterre au XIe siècle, commencent rapidement à fonder des seigneuries dans la partie orientale du pays. 
En 1282, le roi Édouard Ier d'Angleterre conquiert les dernières principautés indépendantes galloises, au nord et à l'ouest du pays. Deux ans plus tard, le statut de Rhuddlan établit officiellement la domination d'Édouard sur le pays de Galles. La partie septentrionale du pays de Galles, devient une principauté. De cette époque remonte la tradition consistant à appeler « prince(sse) de Galles » l'héritier(-ère) du trône britannique.
Entre 1284 et 1536, le roi d'Angleterre n'a qu'un contrôle indirect sur la principauté, les « lords » des marches (souverains sur des seigneuries à l'est et au sud du pays de Galles) sont indépendants du contrôle direct de la couronne. Le pouvoir des seigneurs des marches prend fin en 1535 quand l'union politique et administrative entre l'Angleterre et le pays de Galles est accomplie. 


Le gallois, langue historique du Pays de Galles
Si tous les gallois parlent aujourd’hui anglais, la langue historique du Pays de Galles n’est pas la langue de Shakespeare mais le gallois, langue celtique appartenant à la branche brittonique.
Cette branche comprend également le cornique (parlé en Cornouailles) et le breton, langues dans lesquelles on retrouve de nombreuses similitudes !
L’autre branche des langues celtiques, la branche gaélique, comprend l’irlandais, l’écossais et le mannois (parlé sur l’île de Man).
La langue galloise est une des plus anciennes d’Europe puisqu’elle était déjà parlée au 6ème siècle.
Aujourd’hui le gallois est la langue celtique qui se porte le mieux et compte le plus grand nombre de locuteurs.


Le gallois aujourd’hui
Le gallois a connu un lent déclin à partir du début du 20ème siècle. Mais très tôt, dès les années 50 / 60, le Pays de Galles a adopté des mesures visant à endiguer cette baisse de la pratique de la langue. Les résultats sont là : aujourd’hui près de 800 000 personnes (un peu plus du quart de la population galloise) affirment être capables de parler gallois, même s’ils sont moins nombreux à le pratiquer couramment. Elle est même la langue maternelle de beaucoup de gallois dans les régions du nord et de l’ouest. 
Le gallois est une matière obligatoire à l’école jusqu’à 16 ans et 20% des élèves sont même scolarisés en gallois première langue. 
Depuis 2011 le gallois a même le statut de langue officielle du Pays de Galles avec l’anglais et son utilisation est fortement encouragée dans les structures privées. 


La littérature celtique galloise
Le gallois a une longue tradition littéraire qui remonte au Moyen-Âge et comporte nombre de textes rattachés à la légende arthurienne.
Tradition orale du temps des druides, elle n’a été retranscrite qu’à partir du Moyen-Âge.
Les premiers écrits remontent au 6ème siècle et sont l’oeuvre des cynfeirrd, les “premiers bardes”, survivants du druidisme. 
Les poésies de cette période qui s’étend du 6ème au 13ème siècle sont écrites en vieux gallois.
Elles louent le courage et la générosité des souverains et leur lutte contre les Saxons. Les poètes les plus célèbres de cette période sont Aneirin et Taliesin
Cette littérature celtique galloise survit à la chute du royaume de Gwynedd et la fin de l’indépendance du Pays de Galles.
Les poèmes ne célèbrent plus seulement les souverains mais abordent également les thèmes de l’amour, de la guerre, …
Le texte majeur de cette période qui s’étend du 13ème au 18ème siècle est les Mabinogion, un ensemble de quatre récits médiévaux écrits en moyen-gallois et s’inspirant de la mythologie celtique.

L’Eisteddfod Genedlaethol
Chaque année pendant une semaine, en général début août, le Pays de Galles accueille l’Eisteddfod Genedlaethol (Eisteddfod Nationale), un festival culturel et littéraire dédié à la langue galloise.
Cette manifestation remonterait au 12ème siècle quand le seigneur  Rhys ap Gruffydd de Deheubarth invita dans son château de Cardigan les meilleurs poètes et musiciens du pays. 
L’Eisteddfod Nationale voit l’organisation de concours de chants, de poésie, de théâtre, de concerts, de conférences, etc…
Environ 6 000 artistes y participent chaque année et la manifestation attire environ 150 000 spectateurs, ce qui en fait la plus importante en Europe dans le genre. 

Quelques particularités de la langue galloise
Comme beaucoup de langues essentiellement orales, le gallois comporte de nombreux dialectes locaux qui peuvent être grossièrement regroupés en deux dialectes :
le gallois du sud et le gallois du nord. 

 

L’alphabet gallois diffère de l’alphabet français.

..... Certaines lettres sont absentes : “k”, “q”, “v”, “x” et “z”                                       
    ............................................................................................
  D’autres lettres n’existent pas en français :
    “ch” (se prononce à l’allemande, comme dans “achtung”)
    “dd” (se prononce comme le “th” anglais),
    “ff” (se prononce “f”, alors que la lettre “f” se prononce “v”)
    “ng” (comme dans “parking”)
    “ll” (une prononciation unique qui ressemble à “cl”)
    “ph” (se prononce “f”)
    “rh” et “th” (comme le “th” anglais)
    Le “r” se prononce roulé, à l’espagnole
    Le “w” est une voyelle qui se prononce entre “a” et “o”
    Le “y” se prononce “eu” en début de mot, “ê” en milieu et “i” en fin de mot
    La lettre “u” se prononce “u” dans le nord mais “i” dans le sud
  .......................................................  
  Les autres lettres se prononcent comme en français.


En gallois les phrases s’organisent généralement selon le type VSO (Verbe – Sujet – Objet).
En gallois on dit donc “mange il une pomme” et non “il mange une pomme”.

Comme les autres langues celtiques, le gallois comporte des mutations consonantiques :
une consonne en début de mot peut muter en une autre lettre en fonction de la préposition ou de l’article qui précède le mot.

Exemples: “Cymru”
(Pays de Galles)
devient
“Croeso y Gymru”
(bienvenue au Pays de Galles)
  “cath”
(chat en français”)
s’écrit et se prononce
“ei gath” (“son chat à lui”)
ou
“ei chath” (“son chat à elle”)
.................. “gwraig” (“femme”)
et
“mawr” (“grand”)
deviennent
“y wraig fawr”
“la femme grande ”).


L’adjectif se place en général après le nom.

Comme le breton, le gallois utilise un système numéral de type vigésimal, c’est-à-dire utilisant la base vingt.
Ainsi 40 se dit “deugain” (deux vingt), 30 se dit “deg ar hugain” (dix et vingt), 32 se dit “deuddeg ar hugain” (douze et vingt).


Du fait de la proximité avec l’Angleterre, le gallois a emprunté de nombreux mots à l’anglais, en particulier depuis la conquête anglo-saxonne.
Ces emprunts sont parfois difficiles à identifier car ils remontent au vieil anglais.
Ainsi “cusan” (baiser”) est tiré du vieil anglais “cyssan”, devenu “kiss” en anglais moderne. 


Un peu de vocabulaire gallois !
Ci-dessous quelques mots gallois et leur équivalent en français et en breton.
Vous noterez la ressemblance de certains mots gallois et bretons ! 

Notion aperçue dans: Petite introduction sur les celtes

En gallois En breton En français
Cymru         Kembre Pays de Galles
Cymraeg       Kembraeg Gallois (la langue galloise)  
menyw     maouez femme  
nos     noz nuit  
dydd      dez / deiz jour 
bychan        bihan petit 
mawr        meur / bras grand 
t?         ti maison
môr      mor mer 
ci        ki chien 
cath         kazh chat
gwyn      gwenn blanc 
dy du noir
dyn         den homme

 

Toponymie galloise
C’est en observant les nom de lieux au Pays de Galles qu’on se rend le mieux compte de la ressemblance des langues galloise et bretonne.
Les noms de ville commençant par “caer”, “llan”, “pwll” ou “tre” rappellent évidemment certains noms de lieux en Bretagne !
Quelques exemples de noms de villes en gallois :

Mot        Signification  Exemples Exemples bretons
aber     estuaire, confluence Aberystwyth, Abertawe (Swansea),
Aberdare, Aberteifi (Cardigan),
Aber-Benoît
caer      fort Cardiff (Caerdydd en gallois),
Caernarfon, Caerphilly, Carmarthern
Carhaix
dol     prairie Dolgellau
llan   paroisse Llangollen, Llandrindod Wells,
Llanelli, Llandudno
Lannilis
pen   pointe / tête Pembroke, Penarth Penmarc'h
pont     pont Pontypridd, Pontypool, Pontardawe
porth     port Porthmadog, Portmeirion, Porthcawl Porz-Gwenn
pwll     mare     Pwllheli
tref     village Tregaron, Tremadog, Tredegar,
Trefynwy (Monmouth)
Tréglonou

   
    
   

.

Date de dernière mise à jour : 13/04/2020