Munachar et Manachar

Lord blackwood 73VERSION COURTE
Collectage et traduction :
Armanel_ Lord of Blackwood
2016

 

Ce conte est très long, avec une succession de rencontres improbables. J'ai donc décidé de créer cette version courte, pour les jeunes auditeurs, en allégeant et en adaptant le texte d'origine.

Vous pouvez aussi lire le texte qui m'a été confié dans son intégralité.


L’île d’Erin est célèbre pour sa beauté et pour la quantité de personnages fabuleux qui y vivent : des elfes, des lutins,des fées, des géants, des démons et encore plein d’autres créatures, que vous n’avez  peut être jamais vues.
Ces créatures sont très discrètes et ne se montrent presque jamais aux humains qui cherchent à leur voler leur or. Elles préfèrent vivre dans leurs grottes, ou sous terre, et ne sortir que les jours de brouillard ou à la nuit tombée.

IL y a très longtemps, vivaient les deux lutins  Munachar et un Manachar. Ils vivaient depuis très longtemps, ensemble comme deux frères et ils se ressemblaient tellement qu’on aurait pu croire que c’étaient des frères jumeaux. Ils avaient les mêmes chaussures, les mêmes pantalons, les mêmes chemises, les mêmes bonnets et tous les deux avaient aussi un grand nez pointu. Une seule chose les différenciait; Munachar était grand et mince et Manachar était petit et rondelet. En fait Manachar avait un gros appétit et mangeait sans cesse, il aurait bien chipé dans le garde manger de Munachar quand le sien était vide.

 Un jour, ils sont sortis ensemble pour cueillir des framboises et tandis que Munachar remplissait sa cruche, Manachar ne faisait que manger. Puis  Munachar a dit qu'il devait aller cherchent une branche pour faire un trépied afin d’y accrocher sa cruche. Manachar, qui avait mangé toutes ses framboises se jeta sur le panier de Munachar puis s’est allongé pour faire la sieste sous un chêne. Munachar très en colère s’est planté devant un saule afin d’obtenir une baguette flexible pour  donner une bonne correction à Manachar.
« Bonjour, Monsieur le saule, j’ai de gros problèmes avec Manachar qui n’arrête pas de me manger toutes mes framboises. S’il te plait, donne-moi une baguette bien flexible afin que je puisse lui donner une bonne correction ! ».

« Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes » répondit le saule. « Su veux une baguette flexible pour punir Manachar, tu n’as qu’à la prendre toi-même. Si tu n’es pas assez fort, trouve –toi une hache.

Armanel - conteur ( http://armanel.e-monsite.com

Munachar est allé à la recherche de la hache.
 « Quelles nouvelles m’apportes –tu aujourd'hui ? » A demandé la hache. 
« C’est ce coquin de Manachar qui me cause bien des soucis. Il ne travaille jamais et ne pense qu’à manger. Mais, cette fois, j’ai décidé de ne pas me laisser faire. Je vais lui donner une bonne correction. Le saule est d’accord de me donner une branche flexible si toi tu veux bien la couper. S’il te plait, madame la hache, viens et suis moi. »

« Tu m’ennuies avec ton Manachar ! » a répondu la hache. « Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes.  Et puis, je ne suis pas aiguisée, va d’abord chercher la meule si tu veux que je puisse te rendre service. »  


Munachar est allé à la recherche de la meule.
« Quelles nouvelles m’apportes –tu aujourd'hui ? » A demandé la meule. 
« C’est ce coquin de Manachar qui me cause bien des soucis. Il ne travaille jamais et ne pense qu’à manger. Mais, cette fois, j’ai décidé de ne pas me laisser faire. Je vais lui donner une bonne correction. La hache est d’accord de me couper une branche flexible du saule si toi tu veux bien l’aiguiser. S’il te plait, madame la meule, viens et suis moi. »
« Tu m’ennuies avec ton Manachar ! » a répondu la meule. « Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes.  Et puis, avant d’aiguiser la hache, je dois d’abord prendre un bain complet dans de l’eau froide. Va d’abord chercher de l’eau si tu veux que je puisse te rendre service. »  

 

Munachar s’est précipité vers la rivière qui coulait non loin de là.
« Quelles nouvelles m’apportes –tu aujourd'hui ? » A demandé la rivière. 
« C’est ce coquin de Manachar qui me cause bien des soucis. Il ne travaille jamais et ne pense qu’à manger. Mais, cette fois, j’ai décidé de ne pas me laisser faire. Je vais lui donner une bonne correction. La meule est d’accord d’aiguiser la hache qui est d’accord de me couper une branche flexible du saule si je la plonge dans de l’eau. S’il te plait, madame la rivière, donne moi un peu d’eau. »
« Tu m’ennuies avec ton Manachar ! » a répondu la meule. « Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes.  Et puis, dans quoi vas-tu transporter de l’eau. Ta cruche est pleine de framboises. Va d’abord chercher un cerf qui voudra bien nager pour moi si tu veux que je puisse te rendre service. »  

Armanel - conteur ( http://armanel.e-monsite.com

Munachar est allé à la recherche du cerf qui broutait non loin de là.
« Quelles nouvelles m’apportes –tu aujourd'hui ? » A demandé le cerf. 
« C’est ce coquin de Manachar qui me cause bien des soucis. Il ne travaille jamais et ne pense qu’à manger. Mais, cette fois, j’ai décidé de ne pas me laisser faire. Je vais lui donner une bonne correction. La rivière est d’accord pour me donner de l’eau afin de baigner la meule qui est d’accord d’aiguiser la hache qui est d’accord de me couper une branche flexible du saule si je trouve un cerf qui veuille bien nager pour elle. S’il te plait, monsieur le cerf, viens avec moi jusqu’à la rivière. »
« Tu m’ennuies avec ton Manachar ! » a répondu le cerf. « Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes. Et puis, je ne bougerai pas d’ici tant que je ne serai pas chassé par un chien de chasse. Si tu veux que je puisse te rendre service, trouve –toi un bon chien. »  


Munachar est allé à la recherche d’un chien qui dormait dans un ferme pas loin de là.
« Quelles nouvelles m’apportes –tu aujourd'hui ? » A demandé le chien. 
« C’est ce coquin de Manachar qui me cause bien des soucis. Il ne travaille jamais et ne pense qu’à manger. Mais, cette fois, j’ai décidé de ne pas me laisser faire. Je vais lui donner une bonne correction. Le cerf est d’accord de nager pour la rivière qui est d’accord pour me donner de l’eau afin de baigner la meule qui est d’accord d’aiguiser la hache qui est d’accord de me couper une branche flexible du saule si je trouve un bon chien de chasse capable de le pourchasser. S’il te plait, monsieur le chien, viens avec moi pourchasser le cerf. »
« Tu m’ennuies avec ton Manachar ! » a répondu le chien. « Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes. Et puis, je ne bougerais pas d’ici tant que tu ne trouveras pas un chat qui veuille dormir sur ma paillasse. Si tu veux que je puisse te rendre service, trouve –toi un d’abord un chat. »  


Munachar est allé à la recherche du chat qui se prélassait pas loin de là.
« Quelles nouvelles m’apportes –tu aujourd'hui ? » A demandé le chat. 
« C’est ce coquin de Manachar qui me cause bien des soucis. Il ne travaille jamais et ne pense qu’à manger. Mais, cette fois, j’ai décidé de ne pas me laisser faire. Je vais lui donner une bonne correction. Le chien est d’accard de pourchasser le cerf qui est d’accord de nager pour la rivière qui est d’accord pour me donner de l’eau afin de baigner la meule qui est d’accord d’aiguiser la hache qui est d’accord de me couper une branche flexible du saule si je trouve un chat qui veuille prendre sa place sur sa paillasse. S’il te plait, monsieur le chat, viens avec moi pour dire au chien que tu es d’accord pour le remplacer. »
« Tu m’ennuies avec ton Manachar ! » a répondu le chat. « Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes. Et puis, je ne bougerais pas d’ici tant que tu ne trouveras pas donner un bol de lait. Si tu veux que je puisse te rendre service, trouve –toi un d’abord du lait. »  

Armanel - conteur ( http://armanel.e-monsite.com

Munachar est allé à la recherche d’une vache qui broutait dans un champ pas loin de là.
« Quelles nouvelles m’apportes –tu aujourd'hui ? » A demandé la vache. 
« C’est ce coquin de Manachar qui me cause bien des soucis. Il ne travaille jamais et ne pense qu’à manger. Mais, cette fois, j’ai décidé de ne pas me laisser faire. Je vais lui donner une bonne correction. Le chat est d’accord de prendre la place du chien qui est d’accord de pourchasser le cerf qui est d’accord de nager pour la rivière qui est d’accord pour me donner de l’eau afin de baigner la meule qui est d’accord d’aiguiser la hache qui est d’accord de me couper une branche flexible du saule si je lui donne un bol de lait. S’il te plait, madame la vache, donnes-loi un peu de lait. »

« Tu m’ennuies avec ton Manachar ! » a répondu le chat. « Tes problèmes, ne sont pas mes problèmes. Et puis, dans quoi vas-tu transporter ton lait. Si tu veux que je puisse te rendre service, trouve –toi un d’abord un récipient. » 

Alors Munachar, qui commencait à être fatigué, s’est rappelé que Manachar avait mangé toutes les framboises et que sa cruche était vide. Il décida de retourner la chercher près du chêne ou Manachar faisait la sieste. Mais lorsqu’il arriva  au pied de l’arbre il n’y avait plus de Manachar. Il n’y avait que la cruche vide et un gros tas de viande tout à côté. Puis Munachar vit que le chapeau de Manachar était posé à côté du tas de viande. 
Mais que s’était – il  donc passé ?
On ne l’a jamais su, mais Munachar a pensé que Manachar avait mangé tellement de framboises que son ventre avait éclaté. 
Et voila la fin de l’histoire.

Mais attention, les enfants, si vous êtes trop gourmant, car  même,  les lutins dans les contes  peuvent être victimes de leur gourmandise.

Vous pouvez aussi lire le texte qui m'a été confié dans son intégralité.

.

Date de dernière mise à jour : 20/08/2017